Nouvelle-Calédonie : les gendarmes essuient à nouveau des tirs d’armes de gros calibre

FAITS DIVERS

FAITS DIVERS - De nouveaux heurts entre les gendarmes et les habitants de la tribu de Saint-Louis ont éclaté ce week-end. Un appel à témoins a été lancé pour retrouver un des meneurs du mouvement de révolte.

Le calme est revenu ce lundi. Mais le week-end a été agité pour les gendarmes de Nouvelle-Calédonie. Vendredi soir, la circulation a été interrompue sur la RP1, au niveau de la traversée de la tribu de Saint-Louis sur la commune du Mont-Dore en Nouvelle-Calédonie. Cet axe fait l’objet depuis plusieurs semaines de blocages réguliers de la part d’habitants.

Les gendarmes se rendent sur place avec trois véhicules blindés. Immédiatement, ils sont pris pour cible par "une dizaine d’individus lourdement armés et qui ont fait feu à plusieurs reprises dans leur direction", indique dans un communiqué le Haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie.

Réplique à la mitraillette

Selon nos informations, les gendarmes ont lancé samedi matin un nouvel assaut pour dégager l’axe. Mais ils ont à nouveau été la cible de tirs nourris, avant de répliquer avec les mitraillettes situées sur les tourelles des véhicules blindés. Aucun blessé n’est à déplorer.

Si la route a été libérée dans la matinée, les gendarmes s’inquiètent de nouveaux épisodes de violence. "Ça commence à durer.  Et ça risque de continuer, compte-tenu des échéances électorales", s’inquiète l’un d’entre eux.

Un appel à témoins pour retrouver Ramon Noraro

Pour tenter de contenir ces troubles, les gendarmes se sont attachés à identifier l’un des meneurs de cette révolte amorcée le 29 octobre. Ce jour-là, un jeune homme originaire de la tribu de Saint-Louis en banlieue de Nouméa est tué par un gendarme lors d’une patrouille. Cet homme, recherché depuis juin 2015 pour ne pas avoir respecté une mesure de semi-liberté, avait foncé sur les gendarmes au volant d’un fourgon volé, alors qu’ils procédaient à un contrôle.

Depuis, les affrontements n’ont cessé. Un appel à témoins a été lancé ce week-end par les gendarmes. Ramon Noraro est l’homme recherché dans le cadre de ces troubles depuis fin octobre. Les gendarmes demandent à "toute personne permettant de localiser cet individu et, plus généralement, d'apporter un témoignage utile à l'enquête en cours, est priée de se faire connaître en appelant dans les meilleurs délais le 29 51 34 ou 29 51 95". 

En vidéo

Nouvelle-Calédonie : six gendarmes blessés, dont cinq par arme à feu

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter