Oise : une fillette de 3 ans en soins intensifs après avoir été battue, brûlée et violée, la mère et le beau-père mis en examen

FAITS DIVERS

MALTRAITANCE - La mère et le beau-père d’une petite fille de 3 ans, originaires de Bornel (Oise), ont été mis en examen pour "violences volontaires". L’enfant avait été placée en soins intensifs lundi. Les examens médicaux ont révélé qu’elle avait été victime de viol. Son corps était recouvert d’hématomes et de brûlures.

La petite fille de 3 ans est en soins intensifs à Amiens (Somme). Victime de violences inouïes. Sa mère et son beau-père, originaires de Bornel (Oise), ont été mis en examen vendredi pour "violences volontaires sur moins de 15 ans", révèle le Parisien. "Une information est ouverte contre X pour viol", a précisé le procureur de Senlis, Jean-Baptiste Bladier. 

Au commencement de l’affaire, un signalement lundi de l'hôpital d'Amiens où l'enfant a été admise. Le beau-père, qui avait appelé les secours, "invoque un accident domestique avec de l'eau trop chaude dans un bain après que la fillette a perdu connaissance", rapporte le procureur à l'AFP. "Lors de l'hospitalisation il a été constaté des brûlures et une quarantaine d’hématomes. L'hôpital a alors fait un signalement à l'autorité judiciaire", a-t-il ajouté. 

Tous les deux nient

Les gendarmes de Méru sont alors appelés et prennent en charge l'enquête. Celle-ci va révéler toute l’horreur des sévices subis par l'enfant. Les examens gynécologiques révéleront notamment qu’elle a été victime d’un viol par pénétration anale, indique le journal. Les hématomes seraient par ailleurs anciens, laissant à penser que les violences perduraient. 

En vidéo

Enquête sur la maltraitance infantile en France

La mère, âgée de 25 ans, et son compagnon de 28 ans ont été placés en garde à vue avant d’être mis en examen pour les violences.  "Sur des faits de viols, je pense que les faits sont matériellement avérés mais je n'ai pas suffisamment d'éléments pour savoir qui les a occasionnés, a précisé le procureur. Sur ces faits, le juge d'instruction va enquêter et "ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de mise en examen qu'il n'y en aura pas ultérieurement". 

Durant leur audition, tous deux ont nié les faits qui leur sont reprochés. La mère a été placée sous contrôle judiciaire, le beau-père en détention provisoire. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter