"On nous dit d’aller prendre l’air. C’est ça une cellule psychologique ?" : le cri du parrain d’une victime de Millas

FAITS DIVERS
TÉMOIGNAGE - L'une des familles des enfants transportés dans le car scolaire percuté par un TER a appris au milieu de la nuit de jeudi à vendredi que son fils de 11 ans était décédé. Le parrain du garçon raconte sa douleur à LCI.

Douleur, désespoir, pour nombre de familles, qui sont restées toute la nuit de jeudi à vendredi à attendre des nouvelles. Avec, pour certains, l’odieuse information. "On nous annonce à 1h28 qu’il fait partie des décédés", raconte sur LCI ce matin, un homme, sanglots dans la voix. Il est le parrain d’un jeune garçon mort dans la collision entre le car scolaire et le TER qui a eu lieu jeudi près de Millas. 

Les phrases entrecoupées par l’émotion, il raconte. "Il a 11 ans. Il avait un autre frère. Qui a été puni à l’école, il n’a pas pris le bus du coup. Il a une petite sœur aussi qui ne le sait pas encore. Parce qu’hier, elle ne savait pas ce qu’il se passait et elle s’est endormie plus tôt."

En vidéo

Le témoignage poignant du parrain d'une victime

Le parrain est très critique envers le service d’accompagnement mis en place. "On nous annonce à 1h28 qu'il fait partie des décédés. Et on nous dit que 'si vous voulez, vous pouvez aller prendre l'air'. Il n’y a pas d'autres mots. C’est ça une cellule psychologique ?", pleure-t-il. 

C'est rien, tout le monde se démerdeLe parrain d'une victime

En vidéo

"On nous dit d'aller prendre l'air, c'est ça une cellule psychologique ?"

"C'est juste annoncé de but en blanc, comme à la télé comme dans un film, 'Nous avons le regret de vous annoncer que votre fils est décédé dans un accident d'autocar', comme si on ne s'en doutait pas", dit-il. "On a pris une voiture pour accompagner les parents à Montpellier. C'est rien, tout le monde se démerde. C'est horrible. Horrible de faire ça."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Collision mortelle entre un train et un bus scolaire à Millas

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter