Paris : déclarée morte par le Samu, elle est "ressuscitée" par deux policiers

FAITS DIVERS
DirectLCI
MIRACLE - Jeudi 20 avril, une femme est déclarée morte par un médecin du Samu. Une heure et demie plus tard, deux policiers se sont rendu compte qu'elle respirait toujours.

Cette histoire restera probablement gravée à jamais dans leurs mémoires et pour cause. Jeudi 20 avril, deux policiers ont fait preuve d’un sang-froid incroyable quand ils ont découvert qu’une femme, déclarée cliniquement morte par un médecin du SAMU, respirait encore une heure après. Sans ces deux héros, cette femme de 49 ans aurait probablement été enterrée vivante ou serait morte à la morgue. Selon les informations de nos confrères du Parisien, la victime est depuis hospitalisée à l’hôpital Necker (XVe).

Déclarée morte à 18h10

Jeudi 20 avril, la victime, une mère de famille divorcée et souffrant d’anorexie depuis ses 20 ans, est retrouvée inanimée par sa fille de 18 ans dans son appartement du XIIème arrondissement de Paris, rapporte le journal. Les secours sont appelés pour ce qui s’apparente à un arrêt cardiaque. Les pompiers ainsi que un médecin du Samu venu de l’hôpital Salpêtrière débarquent sur place.


Le médecin constate que la victime ne respire plus et la déclare morte à 18h10. Il signe un certificat de décès "avec un obstacle médico-légal", soit une cause suspecte. Une heure plus tard, un officier de police judiciaire et un gardien de la paix du XIIIème se rendent sur place pour commencer leur enquête. Au moment où ils soulèvent le drap qui recouvre la victime, ils découvrent qu’elle respire encore. "On constate des mouvements au niveau du ventre", confie au Parisien l’un d’eux. Le gardien de la paix "prend le pouls au niveau de la veine jugulaire et constate une réaction !"

"Ressuscitée" une heure et demie plus tard

Dès lors, l’officier contacte les pompiers pour recevoir une formation accélérée (et en direct !) en massage cardiaque. Avec l’aide des pompiers, les deux policiers se relaient pendant 30 minutes jusqu’à ce que le rythme cardiaque de la patiente reparte sur un rythme normal. Après que le médecin des pompiers est venu constater qu’elle était bel et bien vivante, la victime a été transportée au service réanimation de l’hôpital Necker.


Suite à ce sauvetage héroïque, la commissaire de police du XIIIe a demandé que ses deux fonctionnaires soient décorés de la médaille du courage et du dévouement.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter