Paris sportifs : joueurs, arbitres et staffs surveillés comme jamais pendant l'Euro 2016

FAITS DIVERS
INFO METRONEWS – L’Euro de football s’apprête à générer 60 milliards d’euros de mises. Pour lutter contre les matches truqués et les paris illégaux, une plateforme inédite regroupant les acteurs du sport et des jeux va être activée. Les 3000 joueurs, arbitres et membres des staffs interdits de parier pendant la compétition vont être surveillés de très près par les policiers.

Les joueurs sont prévenus. Les arbitres, les membres des staffs des équipes nationales et de l'organisation aussi. Leurs noms vont être croisés avec ceux des parieurs.

Selon nos informations, un décret très attendu, examiné mardi 7 juin devant le Conseil d’Etat, va donner pour la première fois la possibilité de recouper les 3000 noms des participants à l’Euro 2016 transmis par l’UEFA à ceux du fichier des paris sportifs de l’Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel). Si l’un d’entre eux "matche", il risquera l’expulsion, pure et simple, à vie, des compétitions de l'UEFA.

A LIRE AUSSI >> Euro 2016 : avez-vous le droit d'organiser des paris entre collègues  ?

Ce texte, qui doit être publié au journal officiel dans les tout prochains jours, est présenté comme un "outil supplémentaire dans la lutte contre les matches truqués". "Jusqu’à présent, seuls les noms transmis par les fédérations nationales pouvaient être croisés. Désormais, le texte s’applique à toutes les compétitions se déroulant en France, y compris d’ordre international, comme pour les JO de 2024 si la candidature de Paris est retenue", précise auprès de metronews Corentin Segalen, coordinateur Euro 2016 de l'Arjel.

Risque de manipulations des matches

Ces 3000 personnes - joueurs, encadrants, membres des staffs - seront formellement interdites de parier au cours de la compétition. Sur les matches qu'ils jouent, évidemment, mais aussi sur toutes les autres rencontres. Une mesure qui vise à garantir un niveau élevé d’intégrité. Vingt enquêteurs du service central des courses et jeux (SCCJ), un service spécialisé de la direction centrale de la police judiciaire, ont été formés pendant un mois à la prise de paris dans le football. "En raison de la médiatisation de la compétition, les risques sont faibles. Mais ils existent. La principale menace reste l’approche d’un joueur, d’une équipe ou d’arbitres par des tiers recherchant la corruption", explique auprès de metronews le commissaire Philippe Ménard, le chef du SCCJ.

Les enquêteurs vont être déployés aux abords des matches, dans les stades ou même les hôtels où résident les équipes. Ils vont aussi scruter les réseaux sociaux pour prendre connaissance des rumeurs infondées qui pourraient fausser les cotes d’une rencontre. L’entourage familial des joueurs est aussi susceptible d’être surveillé. "Outre les manipulations sur les matches, il peut y avoir des opportunités pour blanchir de l’argent. Nous serons particulièrement vigilants", poursuit le policier.

60 milliards d’euros de mises

Pour la première fois, les régulateurs du marché du paris sportif (policiers spécialisés, Arjel, syndicats de joueurs, opérateurs…) ont mis en place une chaîne de mails sécurisée pour pouvoir correspondre et échanger leurs informations. Ils comptent sur cette plateforme, inédite, pour faire preuve de réactivité. Car en à peine un mois, les professionnels estiment que l’Euro 2016 s’apprête à générer 60 milliards d’euros de mises.

Concrètement, en cas de doute sur une rencontre, les membres de la plateforme pourront se retrouver autour d’une même table et envisager des suites et sanctions à donner. "Si l’on constate un trucage, l'objectif est de prévenir tous nos partenaires en moins de trente minutes", assure auprès de metronews Charles Coppolani, le président de l’Arjel, signataire d’un protocole d’accord avec l’ESSA , association regroupant les principaux opérateurs de paris sportifs européens.

Des régulations pourraient être recommandées pour empêcher, sur une rencontre par exemple, les prises de paris. Mais elles ne s'appliqueront qu’à l’encontre des sites de paris officiels, agréés et partenaires. De son côté, la vitrine clandestine ne cesse de gonfler, particulièrement drainée par les sites internet illégaux de paris en ligne hébergés en Asie, où la demande y est forte. Pour lutter contre cette face cachée du "live-betting", l’organisation internationale de police, Interpol, promet des actions. Des opérations qualifiées d'ores et déjà de "coups de poing".

EN SAVOIR + >> Notre dossier complet sur l'Euro 2016

Lire et commenter