Un hacker réussit à dérober (quelques instants) 20.000 euros à un distributeur

Un hacker réussit à dérober (quelques instants) 20.000 euros à un distributeur

FAITS DIVERS
DirectLCI
MALIN - Un hacker a été interpellé, lundi, alors qu’il "retirait" plus de 20.000 euros d’un distributeur bancaire de la capitale, rapporte Le Parisien. Le jeune homme avait réussi à relier un ordinateur à l’appareil pour commettre son forfait.

Il n’a pas été loin de réussir le coup parfait sans même avoir à introduire sa carte bancaire dans le distributeur. Un jeune homme de 19 ans a été interpellé en flagrant délit, lundi matin, alors qu’il "retirait" de l’argent dans un distributeur automatique (DAB) de la Caisse d'Epargne, situé rue du Commerce à Paris (XVe arrondissement), raconte Le Parisien ce mercredi.


Pensant profiter du jour férié pour pirater discrètement l’appareil, le hacker avait raccordé un ordinateur au distributeur. C’est en constatant l’installation sur l’écran vidéo de contrôle que les agents de sécurité de la banque ont prévenu la police. L’homme s’est fait cueillir dans le sas de la banque alors que les billets continuaient de sortir du distributeur. Au total, il aurait réussi à siphonner 21 260 euros avant d’être arrêté et conduit au commissariat.

En vidéo

ARCHIVES - Des ados piratent les données de Cdiscount

Des appareils mal sécurisés

L’enquête a été confiée à l’office central de lutte contre la criminalité liée aux techniques de l’information et des communications (OCLCTIC) de la police judiciaire parisienne.


Mais ce cas n'est pas isolé. Depuis plusieurs années, les cybercriminels ont pris les DAB pour cible, bien souvent à distance comme ce fut le cas l'an dernier, rappelle Kaspersky, le spécialiste de la cybersécurité. "Les distributeurs automatiques de billets peuvent être une cible facile pour les cybercriminels car ils regroupent plusieurs vulnérabilités. Ils ne sont ni plus ni moins que des ordinateurs, souvent contrôlés par des systèmes d’exploitation assez anciens qui ne sont plus maintenus", souligne Tanguy de Coatpont, directeur général de Kaspersky Lab France. "D’autre part, les attaques physiques contre les DAB ont longtemps été la norme, ou le vol de carte bancaire, laissant croire que la sécurité informatique n’était pas une priorité. La plupart des machines en circulation n’ayant pas été pensées pour résister à une cyberattaque, les cybercriminels peuvent donc espérer récupérer d’importantes sommes d’argent sans avoir à imaginer des stratagèmes complexes et coûteux."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter