Paris : un homme poursuivi pour avoir transmis le VIH à sa petite amie et le lui avoir caché

FAITS DIVERS

MALHONNÊTETÉ - Comme nous l'apprend Le Parisien ce mercredi, un homme âgé de 36 ans a été mis en examen vendredi dernier pour avoir caché à sa petite amie qu'il lui avait transmis de sida.

La vie d’Inès a basculé fin 2016. Lorsque, à 25 ans, elle a découvert que son ex-petit ami lui avait transmis le sida et ne l’en avait pas informée. De peur qu’elle ne le quitte, rapporte Le Parisien. La jeune femme a porté plainte. "Positif". Lorsqu’elle effectue un test VIH fin 2016 à Rouen, Inès est tombe nez à nez avec ce verdict. Court. Clair. Cruel. 

Paniquée, elle appelle son ancien petit ami parisien pour tenter d’obtenir une explication. Au téléphone, il avoue sans détour lui avoir caché sa séropositivité. Il est pourtant au courant depuis au moins 10 ans, souligne le quotidien. Sur ces révélations, Inès porte plainte au commissariat de sa ville. Le dossier est transmis à la police judiciaire de la capitale.

Lire aussi

Un homme connu des services de police

Âgé de 36 ans, Richard a été mis en examen vendredi dernier, après 48h d'interrogatoire, pour "administration de substance nuisible", "harcèlement" et "envoi réitéré de messages malveillants". Pendant son interrogatoire, il a effectivement reconnu les faits, mais aussi des messages de harcèlement envoyés à la jeune femme après leur rupture. Selon lui, il s’agissait de preuves d’amour. Ancien toxicomane, il est déjà connu des services de police pour des affaires de violences, de vols, de cambriolage et de stupéfiants entre 1987 et 2006. Aujourd’hui employé dans un salon de piercing, il a trouvé une nouvelle compagne à qui il aurait cette fois avoué sa séropositivité. L’enquête en cours déterminera cependant si d’autres contaminations volontaires ont été menées par l’individu.

En vidéo

Journée mondiale contre le sida : 5 chiffres à connaître

En 2014, la peine la plus lourde pour ce genre de comportement malintentionné avait été attribuée à un homme de 40 ans dans les Bouches-du-Rhône. Christophe Morat, qui avait sciemment transmis le sida à une partenaire, avait écopé d'une peine de 12 ans de réclusion criminelle. En 2005, il avait déjà été condamné pour des faits similaires à 6 ans d'emprisonnement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter