Pas-de-Calais : mort d'un migrant après une rixe au camp de Norrent-Fontes

Pas-de-Calais : mort d'un migrant après une rixe au camp de Norrent-Fontes

DRAME - Une violente rixe entre une cinquantaine de migrants soudanais et érythréens alcoolisés a éclaté lundi dans le camp de Norrent-Fontes, dans le Pas-de-Calais. Un blessé, hospitalisé dans un état grave, est mort ce mardi soir des suites de ses blessures.

Un migrant a perdu la vie, ce mardi soir, à la suite d'une rixe survenue lundi entre des Soudanais et des Erythréens dans le camp de Norrent-Fontes, près de Béthune. Il s'agit du premier migrant décédé dans ces conditions dans ce camp regroupant entre 150 et 200 personnes, situé à une soixantaine de kilomètres de Calais.

Lundi soir, vers 23h30, "une bagarre a éclaté entre une cinquantaine de migrants soudanais et érythréens alcoolisés", a déclaré un porte-parole de la préfecture du Pas-de-Calais. "Les services de gendarmerie sont immédiatement intervenus pour mettre fin à cette rixe. Deux migrants ont été blessés et transportés au CH Beuvry, près de Béthune. L'un d'eux, retrouvé à quelques centaines de mètres du camp et dont le pronostic vital était engagé, est décédé ce soir [mardi] des suites de ses blessures", a ajouté cette source. Les services de l'Etat n'étaient pas en mesure de préciser la nationalité et l'âge de la personne décédée.

Trois migrants ont été interpellés

Trois migrants ont été interpellés mardi et une enquête était en cours, a-t-on appris de même source. Selon un décompte officiel, il s'agit du 33e migrant qui trouve la mort depuis janvier 2015 - date qui coïncide avec le début de la crise migratoire - dans ce département, le plus proche des côtes anglaises. Mais les causes des décès des migrants sont souvent liées à des accidents sur la route, notamment lorsqu'ils sont percutés la nuit par des poids-lourds en tentant d'y monter.

Cet été, deux migrants (un Ethiopien et un Soudanais) sont morts au cours de rixes inter-communautaires dans la "Jungle" de Calais, dans ce qui apparaissait comme étant un phénomène nouveau. 

Capacité de 30 personnes

Mi-octobre, la mairie de Norrent-Fontes et des propriétaires privés avaient été déboutés par le tribunal de grande instance de Béthune de leur demande d'évacuation d'un terrain où vivent des migrants dans des conditions précaires. Saisi en référé, le tribunal avait jugé que les requérants ne proposaient "aucune solution concrète et durable pour le relogement" des migrants aux abords de cette commune de 1500 habitants. Selon la municipalité, le camp avait été installé pour une capacité de 30 personnes.

Dans le nord de la France, au fil de la crise migratoire, de multiples camps de migrants se sont installés à l'ombre de Calais, dont le démantèlement est prévu dans quelques jours, comme à Norrent-Fontes. 

Lire aussi

    VIDÉO - Une minute pour comprendre la crise migratoire

    En vidéo

    Une minute pour comprendre la crise migratoire

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    "Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

    Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

    VIDÉO - Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a essayé de s'interposer

    EN DIRECT - "L’objectif, tomber le masque d’ici la fin de l’été", affirme Alain Fischer, "Monsieur vaccin" du gouvernement

    Vaccination : le calendrier accélère, les dates clés pour s'y retrouver

    Lire et commenter

    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.