Pas-de-Calais : un homme tué par un gendarme, le militaire mis en examen

Pas-de-Calais :  un homme tué par un gendarme, le militaire mis en examen

ENQUÊTE - Une dizaine de voitures ont été incendiées dans la nuit de vendredi à samedi dans deux communes du Pas-de-Calais lors de violences consécutives à la mort d'un homme tué la veille par un gendarme près d'un campement de gens du voyage. Ce samedi, le militaire a été mis en examen.

La situation s'est enflammée, cette nuit, dans deux communes du Pas-de-Calais, après la mort d'un jeune homme, tué par un gendarme. Plusieurs feux de palettes et de pneus ont été déclenchés. Une dizaine de véhicules à Billy-Montigny et à Montigny-en-Gohelle, deux communes situées près de Lens, ont été incendiées durant la nuit. Ce samedi, le calme semble revenu et selon l'AFP, le militaire a été mis en examen pour "violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a annoncé samedi le parquet de Béthune.

Le militaire, né en 1980, a été placé sous contrôle judiciaire, conformément aux réquisitions du parquet. Il avait fait usage de son arme à feu alors que l'homme tentait de fuir, lors d'une opération visant à interpeller trois suspects dans une enquête pour vols et cambriolages, d'après la même source.

Ce vendredi soir, entre 20h et 23h, une cinquantaine de membres de la communauté des gens du voyage et une quinzaine de caravanes avaient réclamé "la libération du frère de la victime, le temps des obsèques", a indiqué à l'AFP la préfecture du Pas-de-Calais. 

 

L'un des gendarmes a fait usage de son arme de service

Dans le cadre de vols de fret et cambriolages dans plusieurs communes, "la gendarmerie d'Arras", sous la direction du parquet d'Arras, "avait sollicité l'appui du GIGN en vue de l'interpellation de membres de l'équipe soupçonnée d'avoir commis les faits", a indiqué vendredi soir le parquet de Béthune. 

Dans la nuit de jeudi, un véhicule occupé par trois personnes a été intercepté : "l'un des individus était interpellé par les gendarmes, un autre réussissant à s'enfuir, le troisième, d'après les premiers éléments recueillis, tentait de prendre la fuite avec le véhicule au moment où les gendarmes voulaient procéder à son arrestation", selon le parquet.

L'un des gendarmes a fait usage de son arme de service sur l'intéressé, décédé "peu après sur place de ses blessures", selon la même source. Une enquête du chef de coups mortels a été ouverte sous la direction du parquet de Béthune et a été confiée au service de l'Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) en cosaisine avec la Section de recherches (SR) de la gendarmerie de Lille "aux fins de déterminer les circonstances exactes dans lesquelles le gendarme a été amené à faire usage de son arme".

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.