Un salarié d'une entreprise de transport se suicide sur son lieu de travail, sa compagne accuse la hiérarchie

FAITS DIVERS

SUICIDE - La semaine dernière, un employé d'une entreprise dans le Pas-de-Calais se suicidait sur son lieu de travail. Un peu moins d'une semaine après les faits, sa femme a mis en cause la direction de l'entreprise et annoncé avoir porté plainte.

Dans la nuit du mercredi 31 octobre au jeudi 1 novembre, un drame a eu lieu dans les locaux de l’entreprise Slembrouck, à Fleurbaix (Pas-de-Calais). Xavier Miralles, 42 ans et chef d’exploitation de cette entreprise spécialisée dans le transport, s’est donné la mort à l’aide d’une arme à feu sur les coups de 5h du matin dans le bureau de son supérieur hiérarchique direct. Mardi 7 novembre, sa compagne Linda Lenoir a mis en cause la direction de l’entreprise et a annoncé son intention de porter plainte à nos confrères de la Voix du Nord.

Un mail à charge contre sa direction

Comme le raconte Linda Lenoir, son compagnon a envoyé trois mails une demi-heure avant de commettre l’irréparable. Un des mails était destiné à sa compagne et les deux autres à des membres de la hiérarchie de l’entreprise. Dans celui-ci, "Xavier met directement en cause une personne et la responsabilité de son geste", confie sa compagne.

"Son travail, c’était sa vie", affirme la jeune femme. Mais depuis un an, la pression semblait trop forte pour le chef d’exploitation. "Il avait trop de responsabilités, il devait faire des choses réservées normalement à des membres de la hiérarchie. Il ne supportait plus qu’on le laisse tout faire", continue-t-elle. D'après son témoignage, Xavier Miralles était un peu l’homme à tout faire de cette entreprise de transport. "Allez récupérer un véhicule en panne, assurer les relais des conducteurs… Il ne savait pas dire non", affirme sa compagne. En plus de ses nombreuses responsabilités, il faisait aussi partie des trois salariés à être d’astreinte... "Sept jours sur sept et 24h sur 24h".

Lire aussi

"Son geste est incompréhensible"

De son côté, la direction explique à nos confrères de la Voix du Nord ne pas comprendre les raisons de ce geste désespéré.  "Xavier est une personne que j’estimais beaucoup, il a fini tout son travail, son geste est incompréhensible", a déclaré l’un des trois directeurs, Jacques Slembrouck. Pierre Dessaint, autre dirigeant de Slembrouck, ne dit pas autre chose : "C’était un garçon très professionnel qui maîtrisait bien." Et d'affirmer n'avoir jamais entendu leur employé faire part de difficultés, professionnelles ou personnelles, particulières.

Une version battue en brèche par Linda Lenoir. "Il avait demandé en juin à être reçu par ses supérieurs, mais ces derniers n’ont jamais donné suite", affirme Linda. De son côté, l’entreprise a assuré à La Voix du Nord ne pas avoir connaissance de la demande de Xavier Miralles. Alors que l’enquête suit toujours son cours, Linda affirme ne pas vouloir que "cet acte désespéré reste sans suite". C’est pourquoi elle a décidé de porter plainte contre l’entreprise mardi. Contactés par LCI, les représentants des salariés n'ont pas - encore - donné suite à nos appels, de même que la direction.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter