Automobiliste tué d'un coup de couteau à Pau : "J'ai eu peur", affirme le meurtrier présumé

FAITS DIVERS
JUSTICE - L'homme mis en examen pour homicide volontaire dans l'enquête sur la mort d'un jeune automobiliste à Pau a déclaré qu'il avait eu "peur", selon la presse locale. Un mandat d'arrêt avait été lancé pour retrouver ce chef d'entreprise qui avait pris la fuite peu après avoir asséné le coup de couteau mortel. Une semaine après, il se rendait à la justice.

Après une semaine de cavale, il avait fini par se rendre. Depuis, il a commencé à s’expliquer. Frédéric C. , accusé d’avoir tué d’un coup de couteau un jeune automobiliste après une altercation à un feu rouge à Pau, a indiqué qu'il avait agi par "peur". 


Les faits s’étaient déroulés le 25 août dernier, vers 22h15, sur l’avenue Mermoz. Selon le parquet et sur la base des témoignages des personnes présentes, les deux automobilistes se suivaient et s’étaient ensuite retrouvés côte à côte à un feu rouge. Le conducteur de la première voiture, un jeune Dacquois de 29 ans, qui circulait avec sa compagne et leurs deux enfants, était alors descendu et avait invectivé l’autre automobiliste, lui reprochant visiblement de rouler trop près de lui.  

"Mouvement de panique"

Il aurait ensuite tapé sur le véhicule de Frédéric C., 57 ans, qui serait alors descendu et aurait poignardé le jeune homme avant de prendre la fuite. Un geste fatal que le suspect a reconnu devant la juge d’instruction vendredi. "Il est conscient de la gravité de son geste", a indiqué au journal Sud Ouest son avocate. Il a "toujours eu l'intention de se rendre aux autorités judiciaires. Cela a toujours été clair dans son esprit", poursuit ainsi Me Barnaba, qui explique sa fuite par un "mouvement de panique. Il était pris dans un tourbillon". Il aurait déclaré avoir agi par "peur" et regretté son geste. "J'ai porté ce coup dans la peur", aurait-il ainsi expliqué, selon ses propos rapportés par La République des Pyrénées


Une information judiciaire avait été ouverte pour meurtre le 27 août et un mandat d'arrêt européen suivi d'un avis de recherche d'Interpol avait été déclenché par un juge d'instruction palois, les enquêteurs soupçonnant ce chef d'entreprise, père de famille et inconnu des services de police, de s'être enfui en Espagne. Après une semaine à l'étranger, Frédéric C. a décidé de se rendre jeudi dernier. Il a été mis en examen le lendemain pour homicide volontaire et placé en détention provisoire. 


Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter