Pays Basque : une femme enceinte retrouvée morte, ligotée et les yeux bandés dans sa maison d'Ustaritz

Pays Basque : une femme enceinte retrouvée morte, ligotée et les yeux bandés dans sa maison d'Ustaritz

FAIT DIVERS - Une femme enceinte de huit mois et âgée de 23 ans été retrouvée morte mercredi soir, peu après 21 heures, dans la maison de sa mère à Ustaritz (Pyrénées-Atlantiques). La victime, qui était élève infirmière à Bordeaux, a été retrouvée par son compagnon ligotée et les yeux bandés. Elle aurait été mortellement frappée.

Il a donné l'alerte vers 21h30. Mercredi soir, un jeune homme venu passer quelques jours à Ustaritz, près de Bayonne, a retrouvé sa compagne décédée dans l'appartement que celle-ci occupait dans la propriété de sa mère, absente au moment des faits. 

"La victime était enceinte de huit mois. Son ami l'a retrouvée avec le visage tuméfié, les pieds et les poings liés, les yeux bandés. Il y avait des traces de sang sur place. Il semblerait que la jeune femme soit décédée des suites de coups qui lui ont été portés ", indique une source proche du dossier à LCI. 

"Le corps se trouvait sur le lit de la chambre à coucher, les poignets et les chevilles ligotés, les yeux bandés, et bâillonnée avec des torchons", a confirmé le procureur de Bayonne, Samuel Vuelta-Simon, lors d'une conférence de presse ce jeudi soir. 

"Traumatismes violents et répétés"

Le mari, choqué, a été pris en charge par le Samu. Le corps de la victime a lui été transporté à l'institut médico-légal. L'autopsie, pratiquée ce jeudi après-midi et dont les résultats sont attendus vendredi, devra notamment préciser l'heure et les causes de la mort de la jeune femme. Selon Sud-Ouest, les faits se seraient déroulés entre 16h et 21h. Les premières constatations font état de "traumatismes violents et répétés, à la face principalement, combinés peut-être avec un éventuel processus d'asphyxie lié au bâillon qu'elle avait dans la bouche", a fait savoir le procureur dès ce jeudi.

Aucune trace d'effraction ou "vitre brisée" n'a été retrouvée sur les lieux du crime, a-t-il ajouté, soulignant qu'"aucune piste n'est privilégiée" à ce stade des investigations.

Infirmière à Bordeaux

La victime, originaire de Béziers, était élève infirmière à Bordeaux et avait décidé de venir à Ustaritz pour y passer les dernières semaines de sa grossesse avec sa mère. Son compagnon, intermittent du spectacle et par ailleurs étudiant en sophrologie à Bordeaux, ne résidait pas avec elle à Ustaritz, a indiqué Samuel Vuelta-Simon.

Une cinquantaine de gendarmes mobilisés

Selon Sud-Ouest, qui a révélé l'information jeudi matin, la maison où a eu lieu le crime se trouve Chemin Sainte-Barbe à Ustaritz. "La maison du chemin Sainte-Barbe à Ustaritz était ce jeudi matin sous haute surveillance et les deux accès (avant et arrière du jardin) sont ceints de cordons jaunes de sécurité", précisent nos confrères.

Une enquête de flagrance a été ouverte sur cet "acte criminel particulièrement violent sur une personne vulnérable", car à un stade avancée de sa grossesse, a dit le procureur. Elle mobilise cinquante gendarmes, a souligné le colonel Laurent Lesaffre, de la Section de Recherches de la gendarmerie de Pau chargée des investigations. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Plus de 5.950 Français en réanimation, 324 décès en 24h

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Castex annonce la suspension de tous les vols entre le Brésil et la France "jusqu'à nouvel ordre"

Variant brésilien : comment éviter sa propagation en France ?

Lire et commenter