Père de famille tué dans une fête foraine : le gérant du manège accidenté mis en examen pour homicide involontaire

DirectLCI
ENQUÊTE - L'exploitant du manège accidenté samedi près de Lyon, dont la garde à vue avait été prolongée dimanche soir, a été mis en examen ce lundi pour homicide involontaire et blessures involontaires avec violation délibérée d’obligations de sécurité et mise en danger d’autrui. Le drame a coûté la vie à un père de famille de 40 ans.

La garde à vue de l'exploitant du manège avait été prolongée dimanche soir. Selon le parquet de Lyon à LCI, cet homme a finalement été mis en examen ce lundi pour homicide involontaire et blessures involontaires avec violation délibérée d’obligations de sécurité et mise en danger d’autrui. Il a été placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction d’exploiter un manège et obligation de se présenter une fois par mois auprès des services de police de son domicile.


Un expert judiciaire avait été commis dès samedi soir pour rechercher les causes du drame qui s'est produit samedi vers 16H30 dans une fête foraine à Neuville-sur-Saône, à une quinzaine de kilomètres au nord de Lyon, sur et aux abords d'un manège composé de quatorze nacelles accrochées à une structure tournante, qui monte et descend. Le rapport n'est pas attendu avant plusieurs jours. 

L'enquête s'attache à déterminer précisément les circonstances dans laquelle ce drame a pu arriver. Pour cela, une dizaine de témoins, qui étaient à proximité ou sur le manège, a été entendue. Ces auditions ont permis de "confirmer que la personne décédée, sa compagne et son fils, légèrement blessé, se trouvaient dans une nacelle au moment de l'accident", selon le parquet.

"Mon client est un bon professionnel", assure l'avocat de l'exploitant du manège

Par ailleurs, il n'est "pas exclu que le père de famille décédé ait d'abord été blessé par une structure en fibre de verre (un papillon) qui s'est détachée au moment de l'accident". L'autopsie de la victime est prévue en début de semaine, a précisé le parquet.


Selon les informations de TF1, il pourrait y avoir des carences dans l'entretien du manège. L'AFP évoque quant à elle des problèmes sur les fixations et une sécurité problématique. Il n'y aurait eu par exemple que deux ceintures de sécurité dans la nacelle où se trouvaient les trois personnes, dont la victime. Les occupants ne semblent pas non plus les avoir bouclées sans que cela ait été contrôlé.


Interrogé par LCI, l'avocat du gérant mis en examen, maître François Saint-Pierre, indique que son client est "un bon professionnel". "Son matériel est certes vieux mais il l’entretenait. Le contrôle technique annuel obligatoire du manège était à jour."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter