Perpignan : 1 an de prison ferme pour avoir battu à mort un chat

FAITS DIVERS
FAITS DIVERS - Un homme de 33 ans a été condamné ce jeudi par le tribunal correctionnel de Perpignan à un an de prison ferme pour avoir massacré un chat à coups de bâton et de pieds. Les associations de défense des animaux étaient fortement mobilisées.

Vega avait subi un véritable calvaire. Le tribunal correctionnel de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, a condamné jeudi 2 juin à un an de prison ferme un homme d'une trentaine d'années. Le 28 octobre 2015, il avait frappé à coups de pied, de poings et de bâton Vega, une chatte de 14 ans. Le motif ? Elle passait simplement par-là. Ce soir-là, le trentenaire arrive à Saint-Estève près du refuge animalier de l'association les Chats d'Oc. Il s'accroupit pour attirer les félins et, lorsque la petite Vega passe à sa portée, il se met à la massacrer à coups de pied.

La chatte tente de s'échapper, mais il la poursuit jusque dans un fossé où il achève son travail avec ses poings, relate L’indépendant. L'animal sera découvert le lendemain matin par la présidente de l'association. Vega mourra deux jours plus tard, après une longue agonie. Mais un détail a semble-t-il échappé à l'agresseur : la présence d'une caméra de vidéosurveillance qui a non seulement enregistré la scène, mais aussi le numéro de la plaque d’immatriculation de son véhicule. Rapidement interpellé, il reconnaît les faits.

"Il était venu pour ça !"

"Jeudi, face au tribunal, il explique s'être arrêté là un peu par hasard, une promenade pour se détendre car il doit faire face à de nombreux problèmes", détaille le quotidien régional. "Il ne comprend pas son comportement. Quand il a réalisé, il a poursuivi le chat pour abréger ses souffrances." Une version que les parties civiles ont réfuté à l'audience : "Il a voulu achever son travail et a laissé la chatte crever au bord de la route. Il n'était pas là par hasard, il était venu pour ça ! Il a réellement attiré les chats pour en attraper un."

L'homme a donc été condamné à un 15 mois de prison, dont 3 avec sursis. Il a désormais interdiction à vie de posséder un animal de compagnie, et va devoir verser plus de 10.000 euros de dommages et intérêts aux parties civiles. Une loi récente reconnaît la souffrance animale et permet ainsi de condamner les actes de maltraitance.
 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter