Pierre-Ambroise Bosse dénonce "une injustice soudaine" après sa mise en examen

DirectLCI
VERSION - Interrogé sur RTL lundi soir, le sportif français est revenu sur sa mise en examen pour "violences volontaires avec usage ou menace d'une arme". Il y dénonce un "déséquilibre médiatique" et évoque la réception de "menaces de mort".

Il ne s'était pas adressé à la presse depuis le déroulement des faits. Lundi 5 mars, Pierre-Ambroise Bosse, le champion du monde du 800 mètres,  a donné sur RTL sa version de l'agression qu'il assure avoir subie fin août. Il nie être à l'origine de la bagarre et parle sans détour d'une injustice. "C'est un passage assez bizarre de ma vie... de passer pour un agresseur," affirme-t-il.


Selon lui, l'avocat de l'agresseur présumé se servirait des médias pour l'atteindre. Il y détaille sa confrontation avec celui qu'il considère comme son agresseur.  "On ne peut pas quasiment tuer quelqu'un et dire 'Oui, on va régler ça autour d'un bière et à l'amiable". Visiblement touché, il évoque également des menaces de morts qu'il aurait reçues suite à ce fait divers. "C'est une injustice soudaine," soutient le sportif.

Le champion du monde du 800 mètres avait annoncé fin août 2017 un message sur Facebook qu'il avait été "sauvagement agressé" sur un parking d'une boîte de nuit à Gujan-Mestras (Gironde). Grièvement blessé, l'athlète s'était vu prescrire 18 jours d'incapacité totale de travail (ITT). L'agresseur présumé a été arrêté en septembre 2017, avant de porter plainte contre l'athlète, l'accusant d'être l'initiateur de la rixe. Le 26 février 2017, Pierre-Ambroise Bosse a été mis en examen à son tour pour "violences volontaires". 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter