Plan anti-djihad : les suspects arrêtés à Strasbourg mis en examen

FAITS DIVERS
DirectLCI
JUSTICE - Les sept jeunes Français arrêtés mardi à Strasbourg ont été mis en examen et écroués ce samedi. Ils sont soupçonnés d'être partis faire le djihad en Syrie, en décembre dernier.

Arrêtés à l'aube, mardi, à Strasbourg, lors d'une vaste opération menée par le Raid et le GIPN , sept jeunes Français ont été mis en examen ce samedi. Ils ont été présentés vendredi après-midi à une juge d'instruction parisienne, qui les a mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Un magistrat spécialisé a ensuite décidé de leur placement en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet.

Les suspects font partie d'un groupe d'une dizaine de personnes du quartier de la Meinau, qui avaient fait croire à leurs parents qu'ils partaient en vacances à Dubaï pour finalement se rendre en Syrie, en décembre 2013. Deux jeunes frères étaient morts sur place. Leur départ avait suscité au début de l'année une mobilisation contre "l'endoctrinement djihadiste" dans ce quartier.

Une quarantaine d'enquête en cours à Paris

En Syrie, ces jeunes hommes sont "susceptibles d'avoir rejoint un camp d'entraînement", a-t-on précisé de source policière. Ils se sont "beaucoup manifestés" sur internet où ils auraient pris attache avec une filière d'embrigadement. Selon une autre source, l'information judiciaire vise aussi un certain Mourad Fares, 29 ans, considéré par les services français comme un important "facilitateur". Il est suspecté de recruter des Français via les réseaux sociaux et se trouverait toujours en Syrie.

Quelque 780 personnes vivant en France ont déjà rallié en Syrie les rangs des groupes djihadistes, sont en route vers ce pays ou en sont revenues. Fin avril, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve avait présenté un plan anti-djihad visant à combattre ces filières . Une quarantaine d'enquêtes sont en cours à Paris. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter