Policiers en colère : l'agent trop bavard Guillaume L. convoqué à l'IGPN

GROGNE – Un policier est convoqué ce jeudi à 14 heures à la "police des polices", qui a ouvert une enquête administrative après avoir été saisie par le préfet de police. La hiérarchie reproche à cet agent de s’être exprimé à plusieurs reprises dans les médias à visage découvert.

En vidéo

Policier convoqué à l’IGPN : "Je ne sais pas si je vais être sanctionné"

Guillaume L. était prévenu. D’abord par le préfet de police chez qui il avait été convoqué il y a quelques jours. La hiérarchie policière lui avait alors demandé de cesser son "comportement non-conforme au code de déontologie du policier". 


En cause ? Plusieurs apparitions "face-caméra" dans les médias. Au cours des manifestations sauvages de policiers, dix en tout à Paris, Guillaume L. a régulièrement pris la parole, apparaissant alors comme un des leaders du mouvement, comme dans cette vidéo tournée mardi soir devant la pyramide du Louvre à Paris :

En vidéo

JT 13H - La grogne des policiers se retourne contre les syndicats

Malgré un premier avertissement, ce policier, qui ne porte pas de délégation syndicale et qui n’est donc pas autorisé à s’exprimer publiquement, a réitéré. Le préfet de police a donc saisi l’IGPN, la "police des polices". Laquelle a ouvert une enquête administrative.


Convoqué à 14 heures ce jeudi à la section parisienne de l’IGPN, Guillaume L. va être entendu dans le cadre de cette enquête. "Il s’agit d’un interrogatoire. Il va devoir s’expliquer et faire des déclarations sur procès-verbal", explique à LCI une source policière. Contrairement à un conseil de discipline, il n’aura pas le droit à l’assistance d’un avocat, ni d’un représentant syndical. 

Selon nos informations, c’est avant tout "son mode d’expression auprès des médias" qui lui est avant tout reproché. "On va l’entendre et s’assurer qu’il a bien compris les règles qui entourent la parole d’un fonctionnaire de police", nous confie une source au sein de l’IGPN, qui reconnaît toutefois que la visée de cette convocation est avant tout "pédagogique, en tout cas pour l’instant". 


"Nous souhaitons aussi discuter avec lui. Savoir ce qu’il veut, et voir qu’elle est la meilleure manière pour qu’il obtienne ce qu’il veut", poursuit notre source. Un rassemblement est prévu devant l’IGPN pendant l’interrogatoire, en soutien au policier.

En vidéo

Débat de la primaire : des policiers rassemblés devant la salle Wagram

En vidéo

Toulouse : les images du clapping des policiers

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La colère des policiers

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter