Légitime défense, moyens financiers... les policiers attendent Hollande au tournant

FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Policiers brûlés à Viry-Châtillon

POLICE - François Hollande devrait annoncer ce 26 octobre un plan incluant notamment la suppression des tâches dites indues, selon "Le Monde".

91 % des Français soutiennent le mouvement des policiers et le gouvernement lâche du lest. En effet, François Hollande, dans la foulée de sa réunion avec les syndicats de de police ce mercredi 26 octobre à 18 heures, devrait annoncer un plan de près de 100 millions d'euros pour les services de la police nationale, selon les informations du Monde. 

Le financement prévoit notamment la suppression de tâches dites indues. Par exemple, la prise en charge médicale des personnes en état d’ivresse se ferait désormais dans les commissariats, afin d’éviter que les policiers aient à faire des allers-retours à l’hôpital. Les gardes statiques de préfecture devraient être remplacées par des dispositifs techniques ou de sécurité privée. Idem pour la garde actuelle de près de cinquante tribunaux.

Lire aussi

    La légitime défense, un sujet de crispation

    Manuel Valls, accompagné de ses ministres de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, doivent également participer à la rencontre de ce mercredi soir. Bernard Cazeneuve a promis, peu avant la réunion, "un ensemble de mesures  visant à renforcer le plan d'équipement, déterminer les tâches indues à alléger et répondre à un certain nombre d'attentes,  notamment concernant la légitime défense". Un signal très fort en direction des policiers, alors que, plus tôt dans la journée cemercredi, le ministre de la Justice s'était dit très défavorable à cette concession. Les organisations espèrent sur ce point obtenir un additif substantiel au protocole signé en avril dernier avec la place Beauvau, qui autorise déjà policiers, gendarmes et douaniers à faire feu en cas de "péril imminent".

    Face à dix jours de manifestations policières clandestines, les syndicats policiers ont mené ce mercredi des "marches de la colère policière et citoyenne" dans des dizaines de villes. Comme la veille, ils avaient appelé la société civile à se joindre à eux.  

    En régions, 500 à 600 personnes ont défilé à Nancy, 400 à Strasbourg, 350 à Nantes et Nice, 300 à Marseille comme à Reims, 250 à Pau, 200 à Rouen, 150 à 200 à Grenoble et Orléans, 150 à Montpellier et La Rochelle, 120 à Clermont-Ferrand, 150 à  Tours, une centaine à Rennes et Périgueux et une cinquantaine à Lyon. A  Paris, quelques centaines de manifestants - un millier, selon SGP-FO -  ont défilé derrière une banderole "Policiers attaqués, citoyens en danger" en  direction de l'hôpital Saint-Louis. C'est là qu'est soigné un de leurs collègues grièvement brûlé par un cocktail Molotov à Viry-Châtillon le 8 octobre.

    Lire aussi

      VIDEO - Une fliquette évoque la colère et les peurs des policiers

      En vidéo

      Une fliquette évoque la colère et les peurs des policiers

      En vidéo

      Paroles de policiers blessés

      Et aussi

      Lire et commenter