Un père de famille "au-dessus de tout soupçon" : ce que l’on sait du violeur en série présumé de la Sambre

Un père de famille "au-dessus de tout soupçon" : ce que l’on sait du violeur en série présumé de la Sambre

FAITS DIVERS
DirectLCI
FAIT DIVERS – Au lendemain de l’arrestation d’un homme soupçonné d’une vingtaine de viols dans le nord de la France, les habitants du village de Pont-sur-Sambre, où vivait ce père de trois enfants, sont sous le choc. Alors que le suspect aurait reconnu une partie des faits, son ADN aurait parlé, selon une source proche de l'enquête.

"On tombe de haut", confie Michel Detrait, le maire de Pont-sur-Sambre (Nord). Après l’arrestation d’un de ses administrés, soupçonné d’une vingtaine de viols dans la région, le village de 2500 âmes est sous le choc. Tout le monde connaissait ce père de famille d’une cinquantaine d’années très investi dans la vie sociale et sportive. "C’est un homme sans histoires, sociable et toujours prêt à rendre service, comment imaginer cela ?", glisse l’édile. 


Lundi, cet habitant du village que personne ne soupçonnait a été arrêté près de Maubeuge pour une affaire de viol hors norme : une vingtaine de cas sur une trentaine d’années. C’est le viol d’une jeune femme à Erquelinnes, une commune belge frontalière, début février qui a tout déclenché. "Sur les images de vidéosurveillance, un suspect prend la fuite dans une Peugeot immatriculée en France", explique une source policière. 


Un signalement est alors donné aux policiers du Nord qui croient reconnaître dans le mode opératoire du suspect – des agressions commises le matin très tôt, notamment – celui qu’ils recherchent depuis longtemps. Depuis 1988, des viols sont commis dans le secteur de la Sambre et n’ont jamais été élucidés. Un ADN a même été isolé, mais il ne concorde pas avec les profils des agresseurs sexuels enregistrés dans le fichier national des empreintes génétiques (FNEG). Avec cette dernière affaire belge, la PJ de Lille tient cette fois un morceau du numéro d’immatriculation. Un véhicule dont le propriétaire, identifié à Pont-sur-Sambre, est alors placé sous surveillance.

"Jamais le moindre geste déplacé

L'homme sera finalement arrêté lundi alors qu’il s’apprête à se rendre à son travail à Jeumont dans une entreprise sous-traitante pour un géant du nucléaire. Selon nos informations, son ADN aurait "matché"  avec plusieurs dizaines d’affaires de viol et d'agression en France et en Belgique. Les enquêteurs devront désormais se pencher sur le parcours du suspect décrit comme un"bon père" de trois enfants, tous majeurs. Ancien joueur de football d’un bon niveau, le quinquagénaire avait été un temps président du club de football. Il continuait à être impliqué dans la vie associative du village notamment dans le club de VTT. 


"Nous avons fait de nombreuses troisièmes mi-temps ensemble en présence des femmes, des enfants, il n’a jamais eu le moindre geste déplacé. Il avait quitté le club pour de petites mésententes mais il n’y avait rien de grave", poursuit une connaissance. 


Au cours de sa garde à vue lundi, il aurait notamment reconnu l’agression d’Erquelinnes. Il devait être présenté à un juge de Valenciennes ce mercredi matin et sera ultérieurement interrogé sur les nombreux autres dossiers. Le procureur de la République tiendra une conférence de presse ce même jour à 15 heures. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter