Prise d'otages à Paris : le forcené transféré à l'infirmerie psychiatrique

Prise d'otages à Paris : le forcené transféré à l'infirmerie psychiatrique

FAIT DIVERS - L'homme interpellé mardi soir après une prise d'otages dans un immeuble du Xe arrondissement de Paris a été placé dans la nuit dans une infirmerie psychiatrique de la préfecture de police. Sa garde à vue a été levée.

Ses motivations restent encore "floues". L'homme de 26 ans qui a été interpellé mardi soir après une prise d'otages de quatre heures dans un immeuble du Xe arrondissement de Paris a été transféré dans la nuit à l'infirmerie psychiatrique de la préfecture de police, a indiqué une source judiciaire à LCI. Sa garde à vue a par conséquent été levée. 

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "enlèvement et séquestration sans libération volontaire", "violences avec arme, détention d'arme, menace de crime ou de délit" et "tentative d'homicide volontaire", après l'interpellation de cet individu lors de l'assaut lancé vers 20h par la brigade de recherche et d'intervention (BRI) dans cet immeuble de la rue des Petites Ecuries. Le forcené tenait alors un couteau sous la gorge d'une femme prise en otage, qui était aspergée d'essence, et la BRI a réussi à le maîtriser sans que la femme soit blessée. L'autre personne retenue, un homme, avait été menotté.

Lire aussi

"Propos pas compréhensibles"

Mardi soir, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a décrit "un individu plutôt déboussolé psychologiquement, parce qu'il faisait référence à des tas de sujets totalement différents". 

Une source policière avait également indiqué auparavant qu'il avait tenu "des propos pas très compréhensibles évoquant l'ambassade d'Iran, puis le gouvernement".  

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : tous les vaccins doivent pouvoir être administrés par les pharmaciens, estime la HAS

Son enfance en Algérie, son grand amour partagé : Marthe Villalonga ouvre ses jardins secrets

Les 65-75 ans avec comorbidités "peuvent se faire vacciner" avec AstraZeneca, annonce Olivier Véran

Mesures de restriction : pourquoi Emmanuel Macron fixe-t-il un horizon de "4 à 6 semaines" ?

EN DIRECT - Sarkozy condamné : Marine Le Pen "ne souhaite pas que les magistrats fassent la primaire de la présidentielle"

Lire et commenter