Prise d'otage à Dammartin-en-Goële : que sait-on des frères Kouachi ?

FAITS DIVERS
ATTENTAT – Les deux responsables présumés de la tuerie à Charlie Hebdo seraient actuellement retranchés dans une entreprise de Dammartin-en-Goële. L'un d'entre eux a déjà fait de la prison pour avoir participé à une filière de recrutement de jeunes djihadistes à Paris. Des témoignages attestent de son radicalisme islamique.

► Les frères Kouachi retranchés dans une entreprise en Seine-et-Marne

Ils étaient les hommes les plus recherchés de France depuis deux jours. Saïd et Chérif Kouachi, respectivement 34 et 32 ans, sont les deux hommes suspectés d'avoir tiré dans les locaux de Charlie Hebdo mercredi, abattant douze personnes. Ils seraient actuellement retranchés dans une entreprise de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne. Une certitude : ils sont présentés par la police comme "armés et dangeureux" .

>> Ce que l'on sait de l'entreprise prise en otage

>> Suivez en direct avec nous les événements

Chérif Kouachi, connu des services de police, "ne parle pas aux femmes"

Chérif, le plus jeune, est déjà défavorablement connu des services de police. Il a été condamné en 2008 pour avoir fait partie d'une filière de recrutement – "la filière des Buttes Chaumont" – pour envoyer les jeunes en Irak. Deux ans après son procès, son nom a à nouveau été cité dans le projet de tentative d'évasion de prison de l'islamiste Smaïn Aït Ali Belkacem, un ancien membre du Groupe islamique armé algérien (GIA), qui a été condamné en 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir commis l'attentat à la station RER Musée-d'Orsay en octobre 1995 (30 blessés). Il est également soupçonné d'être proche de Djamel Beghal, une autre figure de l'islam radical français. Il a toutefois bénéficié d'un non-lieu dans cette affaire. 

Chérif Kouachi respecte un islam rigoriste et sa femme est intégralement voilée, depuis, précisent nos confrères du Monde, son "pèlerinage à La Mecque". Difficile, dans son entourage, d'en savoir plus. "Chérif ne parle pas aux femmes", indique à metronews une proche de celui qui est désormais le suspect numéro 1. Lors de la fusillade de Charlie Hebdo, un des deux assaillants aurait pointé son canon sur une femme, Sigolène Vinson, et lui aurait dit : "Je ne te tue pas car tu es une femme, et on ne tue pas les femmes. Mais tu dois te convertir à l'islam, lire le Coran et te voiler."

Saïd Kouachi, formé au Yémen

De son côté, Saïd Kouachi a voyagé au Yémen en 2011 où il s'est entraîné au maniement des armes, selon un responsable américain. Il aurait été formé par un membre d'Al-Qaïda au Yémen avant de rentrer en France. Les autorités américaines ont par ailleurs précisé que les deux frères étaient "depuis des années" sur la liste noire américaine du terrorisme, y compris sur la fameuse "No Fly List" .

Selon le témoignage d'un marchand de journaux propriétaire de la Clio grise dérobée mercredi, recueilli par la radio RTL , les deux terroristes se revendiqueraient d'Al-Qaïda Yémen : "Si les journalistes te posent des questions, tu n’as qu’à leur dire que c’est Al-Qaïda Yémen", auraient affirmé à cet homme les deux frères.


Sur le même sujet

Lire et commenter