Prise d'otages à Vincennes : qui était Amedy Coulibaly, abattu pendant l'assaut ?

Prise d'otages à Vincennes : qui était Amedy Coulibaly, abattu pendant l'assaut ?
FAITS DIVERS

PORTRAIT - Amedy Coulibaly, le preneur d'otages de la supérette casher de la porte de Vincennes à Paris a été abattu lors de l'assaut de la police. Il avait effectué plusieurs séjours en prison et connaissait Chérif Kouachi.

Après quatre heures de siège, Amedy Coulibaly a été abattu lors de l'assaut lancé par la police, vendredi en fin d'après-midi. L'homme de 32 ans s'était retranché à 13 heures dans une supérette casher de la porte de Vincennes à Paris avec plusieurs otages, après avoir ouvert le feu. Il était également soupçonné d'être l'auteur du meurtre d'une policière à Montrouge (Hauts-de-Seine), la veille.

EN SAVOIR + >> Un téléphone mal raccroché, l'erreur fatale de Coulibaly

Vendredi après-midi, la police avait publié un avis de recherche concernant Amedy Coulibaly et sa compagne, Hayat Boumeddiene, 26 ans. Né à Juvisy-sur-Orge (Essonne), Amedy Coulibaly avait déjà été condamné dans un dossier terroriste. Selon L'Obs , il avait été condamné pour vol aggravé à plusieurs reprises à partir de 2001, alors qu’il était encore mineur. Il avait notamment écopé en 2004 de six ans de prison pour vol à main armée. Plus récemment, il avait été condamné en 2013 à cinq ans de prison dans le dossier du projet d'évasion en 2010 de l'islamiste radical Smaïn Aït Ali Belkacem. Ce dernier, un ancien membre du Groupe islamique armé algérien (GIA), avait été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l'attentat à la station RER Musée d'Orsay en octobre 1995 à Paris. Par le jeu de la détention préventive et des remises de peine, Amedy Coulibaly était sorti de prison depuis plus d'un an.

Des liens entre Amedy Coulibaly et Chérif Kouachi

La police a en outre établi un lien entre Amedy Coulibaly et les frères Kouachi, recherchés depuis le massacre de Charlie Hebdo et abattus également vendredi dans l'assaut donné à Dammartin-en-Goële. Amedy Coulibaly avait rencontré en détention au milieu des années 2000 Chérif Kouachi, le plus jeune des deux frères. Ce dernier qui avait été interpellé juste avant de partir faire le jihad en Irak, selon une source proche du dossier. Selon les aveux faits par Amedy Coulibaly au cours de l'enquête, les deux hommes s'étaient ensuite rendus "une ou deux fois" en 2010 à Murat, dans le Cantal, où un autre islamiste connu, Djamel Beghal, était en résidence surveillée. Djamel Beghal a lui aussi été condamné pour le projet d'évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem. Le nom de Chérif Kouachi avait aussi été cité dans l'enquête sur ce dossier. Mais il avait bénéficié d'un non-lieu et n'avait donc pas été jugé.

Dans une conversation téléphonique enregistrée par BFMTV durant la prise d'otages et diffusée après l'assaut, Amedy Coulibaly a affirmé qu'il avait été en contact avec les frères Kouachi peu avant le massacre de Charlie Hebdo. "On s'est synchronisés pour faire les opérations", a-t-il expliqué, ajoutant qu'ils n'étaient "plus en lien" depuis le début des massacres. "On s'est synchronisés avant le départ, eux pour Charlie Hebdo et moi j'ai commencé les policiers". Selon une journaliste de BFMTV, Amedy Coulibaly a ensuite affirmé qu'il avait choisi la supérette casher pour la prise d'otages car il voulait viser des Juifs. Ces propos restent toutefois à prendre avec précaution, au vu notamment des incohérences d'Amedy Coulibaly dans ses explications sur ses cibles. En outre, il a dit être financé par l'Etat islamique, alors que les frères Kouachi ont affirmé, eux, avoir reçu l'aide d'Al-Quaïda au Yémen.

EN SAVOIR +

>> L'appel de Coulibaly, le preneur d'otages à Vincennes, à BFMTV

>> EN DIRECT - Attentat à Charlie Hebdo : les frères Kouachi cernés

>> Charlie Hebdo : l'un des frères Kouachi s'était entraîné au Yémen

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter