Prison d'Ensisheim : un gardien retenu de force toute la nuit par le "champion de la prise d'otage carcérale"

Prison d'Ensisheim : un gardien retenu de force toute la nuit par le "champion de la prise d'otage carcérale"

FAIT DIVERS - Un gardien de prison retenu depuis dimanche soir par trois détenus à la prison d'Ensisheim (Haut-Rhin) a été libéré sans violence ce lundi matin. Les trois prisonniers ont été placés en garde à vue. L'un des preneurs d'otage serait Francis Dorffer, le "champion de la prise d'otage carcérale".

La prise d’otage à la prison d'Ensisheim (Haut-Rhin) a pris fin lundi à l'aube. Un gardien de cet établissement pénitentiaire pour longues peines était retenu depuis dimanche soir par trois détenus. A l’issue d’une nuit de négociations dirigées par le préfet du Haut-Rhin, le procureur, le directeur de la maison centrale et la directrice interrégionale de l'administration pénitentiaire, les trois preneurs d'otage se sont rendus. Ils ont été placés en garde à vue, a indiqué lundi matin le procureur de la République de Colmar dans un communiqué.

Selon le délégué pénitentiaire FO, Christophe Schmitt, les faits étaient survenus vers 19h30 dimanche, au moment où les prisonniers réintégraient leurs cellules. Le surveillant a été libéré à 05h50 et pris en charge par les pompiers pour recevoir des soins d'ordre psychologique. D'après Christophe Schmitt, l'un des preneurs d’otage serait Francis Dorffer. Un nom bien connu des personnels de l'administration pénitentiaire qui l'ont surnommé le "champion de la prise d'otage carcérale". En prison, l'homme avait déjà signé quatre prises d'otages : en 2006, à la prison de Nancy, où il a retenu une psychiatre ; en 2009, à Clairvaux, un surveillant ; en 2010 à Paris, un psychiatre à la Santé ; en 2011, un gardien à Poissy. 

"A chaque fois qu'il réalise une prise d'otage, il obtient ce qu'il veut, la dernière fois c'était justement pour obtenir son incarcération à Ensisheim, pour être plus près de sa famille", a dénoncé le délégué syndical qui a précisé ignorer "quelles étaient ses revendications cette fois-ci".

Lire aussi

Un "détenu particulièrement signalé"

La maison centrale d'Ensisheim accueille 200 détenus, pour la quasi-totalité des condamnés à des peines criminelles, et nombreux détenus de longue durée, dont les tueurs en série Guy Georges et Francis Heaulme. Incarcéré à l'âge de 16 ans après le viol d'un camarade, Francis Dorffer a été condamné ensuite à trente ans de réclusion pour le meurtre d'un codétenu alors qu'il était sur la voie d'une remise en liberté. Classé parmi les 350 "détenus particulièrement signalés" (DPS) du territoire, il a passé plus de six ans à l'isolement et changé une trentaine de fois d'établissements en treize ans. 

Le procureur de Colmar a précisé que la gendarmerie et notamment le GIGN ainsi qu'une équipe ERIS (la force d'intervention de l'administration pénitentiaire), qui avaient été dépêchés d'urgence, n'ont pas eu à faire usage de la force pour obtenir leur reddition. Une enquête a été ouverte des chefs de séquestration, tentation d’évasion, violences sur personne dépositaire de l’autorité publique avec arme, dégradation de biens d’utilité publique. Les preneurs d'otage risquent jusqu'à 30 ans de réclusion criminelle.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : quarantaine obligatoire pour les voyageurs venant du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud

Un rassemblement devant le ministère de la Santé pour dénoncer les suicides de cinq internes en médecine

L'image de la cérémonie : la reine Elizabeth II se recueille devant le cercueil de son mari Philip

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

Funérailles du prince Philip : William et Harry se sont-ils réconciliés ?

Lire et commenter