Prison ferme pour avoir appelé 637 fois la gendarmerie

FAITS DIVERS
DirectLCI
CHER - Le tribunal correctionnel de Bourges a condamné une habitante de Saint-Florent à six mois de prison dont trois ferme pour avoir harcelé à coups de téléphone la maréchaussée.

En moins de deux jours, elle avait appelé 637 fois la gendarmerie. La sanction est tombée mardi : six mois de prison, dont trois ferme. C’est deux fois moins que les réquisitions du parquet. Il faut dire que Jennifer B., 24 ans, est une multirécidiviste. Cette habitante de Saint-Florent (Cher) est déjà passée onze fois devant la justice pour avoir composé compulsivement le 17 ou pour des outrages aux gendarmes.

"Un punching-ball"

La semaine dernière, rebelote : la maréchaussée est la cible de centaines de coups de fil. L'expertise psychiatrique ordonnée à l'occasion de son précédent procès avait révélé des "troubles graves de la personnalité", des "troubles anxieux et dépressifs" et une "altération du discernement". Le substitut du procureur de Bourges a parlé mardi d'un "dossier désespérant", allant jusqu'à comparer la terreur des gendarmes à un "punching-ball". "Plus on tape, plus vous revenez. Vous dites à chaque fois que vous allez arrêter, mais vous recommencez sans arrêt. C'est plus fort que vous", s'est exaspéré Emmanuel Delorme.

Jennifer B., qui refuse toute hospitalisation, a été transférée à la prison du Bordiot, à Bourges. Elle devrait au total y séjourner 7 mois, les magistrats ayant révoqué le sursis avec mise à l'épreuve d'une précédente condamnation à quatre mois de prison pour... coups de téléphone intempestifs aux forces de l'ordre.
 

Lire et commenter