Procès Cottrez : le silence coupable

Procès Cottrez : le silence coupable
FAITS DIVERS

OCTUPLE INFANTICIDE – Au deuxième jour d'audience, les proches de Dominique Cottrez ont défilé à la barre. Des auditions très attendues pour tenter de comprendre comme cette mère accusée d'assassinat sur huit de ses bébés a pu cacher ses grossesses puis les petits corps durant tant d'années à sa famille. Une famille qui n'entend pas, ne voit pas, ne sait pas.

Au procès qui se déroule à Douai, ils étaient appelés à la barre pour parler de Dominique Cottrez. "Tout ce qui peut dans sa vie expliquer ce qui s'est passé nous intéresse", avait développé la présidente en fine pédagogue. Ils étaient censés raconter cette femme qu'ils ont aimée, vu grandir puis chuter.

Des versions changeantes

Mais dans les familles Cottrez-Lempereur, on ne disserte pas. Alors, quand viennent les questions assassines, on raconte tout et n'importe quoi. "Vous le saviez ou pas, qu'elle était enceinte de Virginie avant qu'elle ne perde les eaux?", s'agace la présidente. Le mari de l'accusée, Pierre-Marie Cottrez, vient d'expliquer qu'il a appris la deuxième grossesse de sa femme au cours du septième mois. Puis un instant plus tard, le jour de l'accouchement. Long silence. "Je ne sais plus".

EN SAVOIR + >> Jour 1 du procès : les corps meurtris

Qu'importe, Virginie est née et le taiseux menuisier "aime" sa femme. Il l'a dit spontanément à la cour. "C'est une femme que j'adore, que je ne quitterai jamais. Elle m'a toujours fait plaisir. A la maison, elle s'occupe de tout". A elle la gestion du foyer, à lui la pêche, les pigeons et les coups au bistrot. Un mari aimant qui n'a rien vu, rien entendu. Ni même rien senti. L'odeur des petits corps cachés dans les sacs plastiques de la chambre, il croyait que c'était "ses pieds". "Ils sentent fort", précise-t-il. "Sinon, elle vous intéresse en tant que personne votre femme ?", interroge la présidente. "Ben oui, c’est ma femme", répond l'homme surpris. Dominique Cottrez confirmera : "Il m'aimait oui, c'est sûr qu'il m'aimait. Mais sa façon de m'aimer... Je ne sais pas."

Marie-France Lempereur, une des trois sœurs de Dominique Cottrez, n'a rien vu non plus. Ni quand "elle était enceinte de Virginie ?", questionne la présidente. Ni quand elle était enceinte de Virginie. "Je ne me suis aperçue de rien. Après son accouchement, je lui ai pris la main et je lui ai dit : 'Pourquoi tu n'as m'a rien dit ?'. Elle s'est mise à pleurer. On n'en a plus jamais parlé".

EN SAVOIR + >> Jour 2 du procès : "Et puis je l'ai étranglé"

L'inceste : "Papa l'aimait beaucoup mais pas à ce point-là"

L'avocat de Dominique Cottrez s'est levé. "Savez-vous qui est 'Biquette ?". Silence gêné. "Un mouton. C'est le cadeau que votre papa a fait à votre sœur quand elle avait huit ans, après le premier rapport sexuel". Au fil de l'enquête, Dominique Cottrez avait confié avoir tué les huit bébés par crainte qu'ils ne soient de son propre père. "Je n'y crois pas. Papa l'aimait beaucoup mais pas à ce point-là. C'était pas un homme comme ça", assure Marie-France. Jacqueline, l'aînée des quatre sœurs, est du même avis tandis que Nicole Lempereur juge "l'inceste tout à fait possible". Pour la première fois depuis le début du procès, l'inceste est évoqué, emmenant les prochains débats.

"Vous vous souvenez ce que vous avez dit au juge d'instruction à propos de l'inceste ?" Face au changement de version de Marie-France Lempereur, Me Berton est sorti de ses gonds. "Vous avez dit : 'C'est possible, il y avait beaucoup d'amour avec papa'. Vous avez dit : 'J'y ai pensé car elle aurait pu avoir un bébé anormal'". Et il poursuit la lecture du rapport qu'il tient entre ses mains : "Vous avez dit : 'Je ne serais pas étonnée que mon père ait été au courant des grossesses, des cachettes, des meurtres.'" La sœur de Dominique Cottrez se tait. Avant de glisser : "j'étais sous le choc". Et de se refermer comme une huître : "j'ai changé d'avis". Dans cette famille "où on ne se fait la bise qu'aux anniversaires", on préfère les silences. Ceux qui étouffent les grands secrets de famille et les petits corps.

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos articles sur le procès Cottrez
 

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent