Procès du Carlton : DSK et Dodo la Saumure relaxés

Procès du Carlton : DSK et Dodo la Saumure relaxés

DirectLCI
JUSTICE - Au terme de trois semaines de procès en février, les 14 prévenus dans l'affaire dite du Carlton ont été fixés sur leur sort ce vendredi. Le procureur avait requis la "relaxe pure et simple" pour DSK et un an de prison ferme contre Dodo la Saumure. Le tribunal a prononcé une relaxe quasi générale.

DSK relaxé
Sans surprise, la justice a prononcé la relaxe en faveur de l'ancien patron du FMI. "Le prévenu qui se revendique libertin n'a pas participé à leur recrutement (des prostituées, ndlr) et à leur rémunération", a motivé le tribunal. L'ex-favori du PS pour l'élection présidentielle est resté impassible durant la lecture de son jugement, se contentant de hocher la tête lorsque le président Bernard Lemaire lui a signifié sa relaxe. La mise en examen reposait uniquement sur "des critères moraux" ont commenté ses avocats au sortir du tribunal. "Nous avons fait confiance au débat contradictoire. Il a montré le vide du dossier (...) le jugement rendu vient de mettre à néant l'ordonnance idéologique" des juges d'instruction, a asséné Me Henri Leclerc. 

Dodo la Saumure libre
Dominique Alderweireld, alias "Dodo la Saumure", était le seul des 14 prévenus contre lequel le procureur avait requis un an de prison ferme. Même lui s'attendait à être condamné (lire ici) . Contre toute attente, le tenancier de maisons closes belges, soupçonné d'avoir envoyé depuis la Belgique des prostituées dans la région lilloise, ainsi qu'à Paris et aux Etats-Unis au profit de Dominique Strauss-Kahn, a été relaxé.

Le tribunal a estimé que rien ne prouvait qu'il avait poussé les filles qui travaillaient chez lui à participer aux rencontres et que les témoignages le concernant étaient trop vagues. Sa compagne Béatrice Legrain a également été relaxée.

René Kojfer, seul condamné
Le président a été moins clément avec René Kojfer, ex-directeur des relations publiques de l’hôtel Carlton, présenté comme l'"intermédiaire" et le "testeur" de filles . L'homme par qui le scandale est arrivé été condamné à un an de prison avec sursis. C'est au cours d'une de ses conversations téléphoniques avec Dodo la Saumure, écoutées par la police, que René Kojfer avait lâché le nom de DSK. Ses amis l'avaient décrit comme "un pied nickelé", "une pièce de théâtre à lui tout seul". Le portrait d'un "bon copain" qui n'a pas vraiment convaincu le tribunal. René Kojfer, 74 ans, a été condamné vendredi pour proxénétisme mais n'a néanmoins pas été reconnu coupable de proxénétisme aggravé.

Relaxe générale pour les dirigeants du Carlton
Deux relaxes ont par ailleurs été prononcées en faveur de Hervé Franchois, le propriétaire du Carlton, et Francis Henrion, son ex-gérant. David Roquet et Fabrice Pazkowski, accusés d'avoir joué les "entremetteurs" pour Dominique Strauss-Kahn notamment lors de voyages à Washington, n'ont pas non plus été condamnés. 

EN SAVOIR +
>> Tous nos articles sur le procès du Carlton
>> Dodo la Saumure : "Il faut bien justifier ce procès"
>> Une "boucherie" pour Jade, une sexualité "rude" pour DSK
>>
"Sortir de la prostitution, c'est sortir d'un tombeau"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter