Procès du Carlton : Jour J pour DSK

Procès du Carlton : Jour J pour DSK

DirectLCI
A LA BARRE - L'ancien patron du FMI s'est exprimé pour la première fois devant le tribunal correctionnel de Lille où il comparaît pour proxénétisme aggravé dans l'affaire du Carlton. Maintenant sa ligne de défense, DSK a répété qu'il ne savait pas que les femmes participant aux parties fines étaient des prostituées.

"Macs-clients déclarés coupables !" Le slogan écrit en grosses lettres noires sur le corps dénudé des trois Femen, venues accueillir mardi matin Dominique Strauss-Kahn devant le tribunal de Lille en se jetant sur sa voiture, annonce à sa manière l'enjeu des futurs débats. L'ancien patron du FMI savait-il que les femmes qui participaient aux fameuses "parties fines" étaient des prostituées ? Ce qui dans un cas ferait de lui un "mac", dans un autre, un simple client.


Après David Roquet, l'ex-directeur d'une filiale d'Eiffage, Fabrice Paszkowski, l'ancien entrepreneur médical, et Jean-Christophe Lagarde, l'ex grand-flic, Dominique Strauss-Kahn est enfin appelé à la barre . Le tribunal est suspendu aux premiers mots de celui qui a refusé de se soumettre à l'expertise psychiatrique par peur, dit-il, que ses propos ne se retrouvent tronqués dans la presse. "Je ne connaissais pas l'aspect prostitutionnel" de ces soirées, assure l'homme d'une voix calme mais le regard absent, après avoir déroulé son CV de ministre.

"Pas d'activité frénétique"

Imperturbable face aux questions du président, DSK déroule sa version. Il ne cache pas ses liens d'amitiés avec Fabrice Paszkowski, soupçonné d'avoir organisé pour lui les soirées avec des prostituées. "Lors de l'enterrement de ma mère, il y avait 25 personnes, et il y avait Fabrice, explique l'ancien favori à la présidentielle. Je pourrais citer 1000 anecdotes avec lui." Le président tente alors de l'emmener sur leur terrain de jeu commun : les soirées libertines. "Quand on lit l’ordonnance de renvoi, on a l’impression d’une activité frénétique, s'agace l'ancien ministre. Or, on ne parle que de quatre rencontres par an, pendant trois ans. On ne peut pas parler d’activité débridée. Nous (Fabrice Paszkowski) communiquions souvent à l'époque, mais je le dis modestement, j'avais autre chose à faire". Entre autres, "sauver le monde" de la crise financière.

>>  EN IMAGES : Trois Femen se jettent sur la voiture de DSK

S'il ressort de l'accusation que l'ancien patron du FMI n'a effectivement jamais payé pour un rapport sexuel, il est en revanche reproché à son cercle d'amis d'avoir recruté des prostituées pour faire plaisir au "roi de la fête". L'ancien économiste pouvait-il en être dupe ? "D'un côté, les juges d'instruction ont estimé que Dominique Strauss-Kahn avait connaissance du statut des participantes et qu'il avait participé activement à ce système. D'un autre, le parquet avait requis un non-lieu à l'encontre de l'ex-patron du FMI, résume le président en fin de matinée. Nous avons ainsi deux orientations totalement différentes". A l'issue des débats, le tribunal devra trancher. 

LIRE AUSSI
>> C'est quoi le proxénétisme aggravé ?
>> Procès du Carlton : DSK au coeur de la partie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter