Procès Outreau, acte III : Daniel Legrand acquitté

FAITS DIVERS

VERDICT - Daniel Legrand, un des acquittés de l'affaire Outreau, jugé à Rennes depuis le 19 mai dans le dernier volet de ce dossier a été de nouveau acquitté vendredi, comme l'avait requis jeudi l'avocat général.

"Je ferai parler mon cœur", avait prévenu Daniel Legrand, qui, s'il tient encore debout, se présente comme un homme "brisé". Ce vendredi à partir de 9h du matin, le jeune homme de 33 ans a pris une dernière fois la parole, au dernier jour de son procès, ouvert depuis le 19 mai à Rennes. Avant d'être finalement acquitté après plus de cinq heures de délibération. La fin d'un long cauchemar judiciaire ? Certainement, au regard des débats qui se tiennent depuis trois semaines, et qui penchent clairement pour un acquittement du jeune homme, accusé de viols pédophiles dans le dossier dit Outreau.

"Je criais mon innocence depuis longtemps. J'oublierai pas, c'est un grand jour pour moi. Je pense à l'avenir. Je sais que mon père est fier de moi." a déclaré Daniel Legrand fils à la sortie du tribunal, ajoutant "Les acquittés d'Outreau, nous aussi on est des victimes".

LIRE AUSSI >> L'avocat général requiert l'acquittement de Daniel Legrand

Pourquoi, à la base, ce jeune homme était-il rejugé, lui qui avait été acquitté en 2005 à Paris ? Parce que les premiers deux procès ne portaient que sur des accusations remontant à une période où Daniel Legrand était majeur. Or certaines dataient d'une période où le jeune homme avait moins de 18 ans : ce nouveau procès, à Rennes, s'est donc tenu cette fois devant une cour d'assises pour mineurs.

"Je lui ai brisé sa vie"

Pourtant, à y regarder de plus près, ce nouveau "volet" n'aura été qu'une pure redite des précédents procès. Onze jours de débats, une cinquantaine de témoins à la barre, dont ceux que l'on surnomme désormais les "acquittés d'Outreau", venus soutenir leur compagnon de galère et marteler son innocence. Mais il y a aussi eu l'ancien juge d'instruction Fabrice Burgaud, dont l'audition a été compliquée.

Mais la personne la plus attendue à la barre aura sans aucun doute été Myriam Badaoui. A 46 ans, celle que l'on surnomme la "reine Myriam", libérée depuis 2011, a disculpé, en pleurs, l'accusé . L'assurant : "Ce jeune homme n'a rien demandé à personne, je lui ai brisé sa vie".

EN SAVOIR + >> Les grandes dates de l'affaire Outreau

Lire et commenter