Propos sur les musulmans : Philippe Tesson visé par une nouvelle plainte

FAITS DIVERS

INFO METRONEWS - Les ennuis judiciaires du journaliste Philippe Tesson se poursuivent. Alors qu'une enquête a été ouverte par le parquet de Paris lundi après ses propos controversés sur les musulmans, le MRAP s'apprête à déposer une nouvelle plainte contre lui pour "diffamation et provocation à la haine".

Une plainte peut en cacher une autre. Alors que Philippe Tesson était déjà visé par celle d'un citoyen français "pour incitation à la haine raciale" la semaine dernière après ses propos sur les musulmans, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples ( MRAP) va s'ajouter à la liste des plaignants.

"Nous allons déposer une plainte par voie de citation directe pour diffamation et provocation à la haine raciste", confirme ce lundi auprès de metronews Me Pierre Mairat, avocat du MRAP. "Nous allons d'ailleurs faire citer comme témoin l'homme qui avait déposé la première plainte", poursuit-il, expliquant ne pas pouvoir laisser passer "l'ignominie qui consiste à amalgamer des actes criminels à la communauté musulmane".

Visé par une enquête

En cause, les propos tenus mardi par le journaliste de 86 ans sur Europe 1 , quelques jours après les attentats perpétrés par les frères Kouachi et Amédy Coulibaly. "Ce qui a créé le problème, ce n'est quand même pas les Français (...) D'où vient le problème de l'atteinte à la laïcité sinon des musulmans ? On le dit ça ? Et ben moi je le dis !", avait-il lancé, avant d'ajouter : "C'est pas les musulmans qui amènent la merde en France aujourd'hui ? Il faut le dire quoi !"

Repris à l'antenne par Jean-Marc Morandini, le chroniqueur du Point avait refusé d'amender son propos, renchérissant : "Mais où sont-ils, les fanatiques aujourd'hui ? Les fanatiques se revendiquent de l'islam aujourd'hui, donc ils sont musulmans." Ce n'est pas la première fois que Philippe Tesson se retrouve en délicatesse suite à ses sorties polémiques. L'année dernière, il avait tout simplement proposé "le peloton d'exécution" pour Dieudonné. "Pour moi, c’est une bête immonde donc on le supprime, c’est tout… Je signe et je persiste", avait-il asséné. Ce lundi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour provocation à la haine , laquelle a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).

Lire et commenter