Radicalisation en prison : "On est confronté à une politique de l'autruche des gouvernements", dénonce FO-Pénitentiaire

DirectLCI
RADICALISATION - Le syndicat FO-Pénitentiaire a sévèrement réagi à l'annonce de la mise en examen de deux islamistes radicaux soupçonnés d'avoir préparé un attentat depuis leur cellule de prison à Fresnes. Sur LCI, Cédric Boyer, l'un de ses représentants, dénonce une "politique de l'autruche" des gouvernements successifs.

L'annonce de la mise en examen de deux islamistes radicaux soupçonnés d'avoir préparé un attentat depuis leur cellule de prison à Fresnes n'a pas surpris le personnel pénitentiaire. Sur LCI, Cédric Boyer,  secrétaire local de FO Pénitentaire à Fresnes a dénoncé un phénomène de "gangrène" dans les prisons françaises et "une politique de l’autruche des gouvernements successifs", incapables selon lui d'apporter une réponse adéquate au phénomène de radicalisation qui touche les différents établissements. 


 A titre d’exemple, le représentant syndical cite "l’inefficacité des quartiers d’évaluation de la radicalisation (QER)." Mises en place en début d’année dans six établissements dont Fresnes, ces unités censées écarter complètement les détenus identifiés comme radicalisés ne joueraient pas leur rôle. "On veut faire croire à l’opinion publique que ces détenus sont isolés, c’est faux. A Fresnes, ils sont placés dans un étage en plein milieu de la coursive, avec les autres personnes détenues."

FO plaide pour des établissements spécialisés

"Ce qu’on demande, ce sont des établissements spécialisés pour lutter contre ce fléau" plaide Cédric Boyer qui s’étonne du silence de la garde des Sceaux à qui le syndicat a adressé une lettre pour alerter sur la situation. "A ce jour, il n’y a aucune réponse. La politesse veut qu’on réponde au courrier." Désormais, le syndicat en appelle directement au président de la République. "Nous l'avions rencontré l’année dernière, il connaît la situation commente Cédric Boyer. Maintenant nous attendons des décisions politiques et que chacun prenne ses responsabilités. "

Selon une information exclusive LCI-TF1, les deux hommes récemment mis en examen par un juge d’instruction anti-terroriste devaient être prochainement libérés. Les informations recueillies par la DGSI auraient mis en évidence leur volonté de commettre un attentat soit contre des gardiens de prison lors de leur détention, soit contre des agents des forces de l’ordre une fois libérés de Fresnes. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter