Raid, GIGN et BRI : Cazeneuve dévoile son plan antiterroriste, basé sur "l’unité" et "l’efficacité"

Raid, GIGN et BRI : Cazeneuve dévoile son plan antiterroriste, basé sur "l’unité" et "l’efficacité"

POLICE - Le ministre de l’Intérieur a présenté, ce mercredi 19 avril, une nouvelle organisation des unités d’élite en cas de nouvel attentat sur le sol français. Raid, GIGN et BRI : en plus d’annoncer un renforcement des équipes, le "premier flic de France" a précisé les rôles de chacun en cas d’attentat de masse.

Dans ce climat post-attentats, le discours du ministre de l’Intérieur était très attendu. Sept nouvelles antennes GIGN et Raid, effectifs renforcés, fin des frontières entre police et gendarmerie : Bernard Cazeneuve a dévoilé mardi le "schéma d'intervention" censé mettre les unités d'élite en ordre de bataille en cas d'attentat de masse. Être présent le plus vite possible sur une attaque "multisites" comme celle qui a fait 130 morts le 13 novembre dernier à Paris, en faisant fi des rivalités et des compétences territoriales : tel a été le message délivré mardi par le "premier flic de France".

"L'heure n'est pas à la concurrence des forces, mais a l'unité", a martelé Bernard Cazeneuve, devant un parterre de troupes issues du groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), de l'unité Recherche, assistance, intervention et dissuasion (Raid) de la police nationale et de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI), "l'antigang" de la préfecture de police de Paris. "Face à des ennemis déterminés à nous frapper en provoquant le plus de dommages possibles, sans volonté de négocier et dont la propre mort fait partie de la philosophie, de la stratégie, nous avons besoin de forces performantes (...) qui travaillent les unes avec les autres et qui poursuivent les mêmes objectifs.

Des premières minutes cruciales

Le ministre a détaillé les compétences de chacun. L'intervention "élémentaire" sur un attentat de masse ou une crise grave relève des premiers policiers et gendarmes arrivés sur les lieux. Pour cela un plan a déjà été engagé permettant désormais à 750 brigades anticriminalité (BAC) de la police et pelotons de surveillance et d'intervention de la gendarmerie (Psig) de "quadriller le territoire", dotés d'armes lourdes. "En cas de tuerie de masse, c'est durant les premières minutes que les terroristes font le plus grand nombre de victimes", a souligné Bernard Cazeneuve. "Nous devons donc réagir le plus rapidement possible, comme nous devons constamment anticiper l'éventualité d'une telle attaque». En revanche, en ce qui concerne l’intervention "spécialisée", consistant par exemple à interpeller les assaillants ou libérer des otages, le ministre a indiqué qu’elle est le pré carré des unités d'élite.

Le GIGN et le Raid doivent donc pouvoir "intervenir sans délai", a ajouté Bernard Cazeneuve, en faisant abstraction de l'habituel partage du territoire entre policiers et gendarmes, les premiers en ville, les seconds en milieu rural et péri-urbain. Le ministre a annoncé que ces "frontières" seront suspendues le temps de la crise.

Mise en pratique dans la soirée à Montparnasse

Et concernant les moyens ? Bernard Cazeneuve savait qu’il était attendu au tournant en terme de renforcement des équipes. Il a donc annoncé que quatre nouvelles antennes régionales du GIGN allaient voir le jour à Nantes, Tours, Reims et Mayotte, s'ajoutant à celles qui existent à Dijon, Orange et Toulouse. Pour le Raid, ce sont trois nouvelles antennes qui vont voir le jour : à Montpellier, Nancy et Toulouse (en plus du GIGN). S’ajoutant à celles existant déjà à Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Rennes et Strasbourg. La BRI, composée actuellement de plus de cent hommes, verra ses effectifs doubler. Selon Beauvau, "l'ensemble des agglomérations et territoires les plus sensibles sera ainsi couvert à bref délai".

Première mise en pratique de cette nouvelle "unité", sur le terrain, ce mardi soir. La BRI, le Raid et le GIGN vont en effet se livrer à un exercice commun d'attaque terroriste multisites à la gare Montparnasse, à Paris.

Lire et commenter