Reclus de La Courneuve : des enfants "livrés à eux-mêmes"

Reclus de La Courneuve : des enfants "livrés à eux-mêmes"

DirectLCI
FAIT DIVERS - Quatre enfants reclus ont été découverts dans un appartement de la cité des 4000 à la Courneuve (Seine-Saint-Denis). Depuis leur naissance, ils n'ont, semble-t-il, jamais eu de contact avec l’extérieur.

"Les enfants sauvages". C'est ainsi que les policiers ont qualifié les trois garçonnets et le bébé qu'ils ont découverts récemment dans un appartement HLM de la cité des 4000 à la Courneuve. Une expression qui en dit long sur la vie de ces petits, âgés de 2 mois à six ans, dont le calvaire a été révélé jeudi par RTL . Ils vivaient reclus dans une pièce insalubre. Pour simple décor, des matelas à même le sol.

"Ces enfants ne sortaient jamais, ils étaient livrés à eux-mêmes et n'étaient ni soignés, ni scolarisés", explique à metronews une source proche de l'enquête, qui parle d'"un drame de la précarité". Les deux aînés de 5 et 6 ans présentent notamment des retards importants de développement : ils ne marchent pas et ne parlent pas correctement. L'isolement total aurait pu durer si la protection de l'enfance de Seine-Saint-Denis n'avait pas été alertée en janvier. Des médecins de l'hôpital de Bondy venaient alors de recevoir en consultation la mère de famille. Son nourrisson était en mauvaise santé et la jeune femme de 27 ans n'avait jamais été suivie durant sa grossesse.

Les parents mis en examen

La famille vivait dans l'immeuble de ce quartier défavorisé depuis bientôt six ans. Selon les premiers éléments de l'enquête, les enfants n'auraient pas été battus ou abusés sexuellement. Mais les parents, sans emploi, et originaires d'Inde, "ne semblent pas du tout avoir pris conscience de la gravité de la situation", poursuit une autre source. Aux policiers, le père de 33 ans a en effet avancé des explications confuses : il refusait de conduire ses enfants chez le docteur mais il comptait les scolariser dès qu'ils sauraient marcher.

Depuis, le couple a été placé en détention provisoire et mis en examen pour "privations de soins par ascendant". Les enfants ont été soignés puis placés dans des familles d'accueil. Cette affaire n'est pas sans rappeler celle des "reclus de Saint-Nazaire". En janvier 2013, les pompiers intervenus pour un simple malaise avaient découvert dans un appartement un couple et quatre enfants de 14, 17, 19 et 20 ans vivant en autarcie. Poursuivis pour privations de soins et soustraction à ses obligations légales, les parents ont été depuis condamnés à trois ans de prison.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter