Reims : il traverse la gare avec ses écouteurs, la SNCF le verbalise

Reims : il traverse la gare avec ses écouteurs, la SNCF le verbalise

DirectLCI
FAIT-DIVERS - Un Rémois de 16 ans a écopé d’une amende de 45 euros, plus 30 euros de frais de dossier, pour avoir traversé la gare avec ses écouteurs de musique. La SNCF invoque un décret datant de 1942 pour se justifier.

Bon à savoir : traverser une gare avec ses écouteurs peut vous coûter une amende. Anthony, un jeune Rémois de 16 ans, en a fait la coûteuse expérience en mai 2013. Et l’histoire n’est pas finie, comme le raconte le site du quotidien local l’Union , vendredi 28 mars 2014.

"Anthony ne prenait même pas le train, il ne faisait que traverser la gare par [un] souterrain [...] comme tous les jours en rentrant du collège. L’agent l’a verbalisé pour utilisation d’instrument sonore. Le PV était de 45 euros mais comme le jeune ne pouvait pas payer tout de suite, il lui a ajouté 30 euros de frais de dossier", explique au site Lionel Gazeaux, président de l’UFC Que Choisir. L’association de défense des consommateurs s’est en effet emparée du dossier car l’amende de 45 euros, plus les frais de dossier, s’est depuis transformée en procédure de recouvrement du Trésor public. Et le montant s’élève désormais à 300 euros.

Pour justifier l’amende, la SNCF invoque un décret de 1942

Depuis un an, c’est le bras de fer entre la mère du jeune garçon, qui ne veut pas payer l’amende et se retrouve avec une majoration, et la SNCF qui campe sur ses positions. Dans un courrier daté du 24 mars dernier, la direction juridique de l’entreprise a rappelé un décret 1942 qui interdit "à toute personne de faire usage sur les quais des gares d’appareils ou instruments sonores" pour se justifier.

Comme le souligne Francetvinfo , le quotidien ne précise pas si Anthony avait ses écouteurs sur les oreilles ou s'il s'en servait comme des enceintes avec le volume au maximum. "Il ne se promenait pas avec un porte-voix ou une grosse radio sur l’épaule, il avait seulement des écouteurs de téléphone", tonne le président de l’UFC Que Choisir. 

Plus d'articles

Sur le même sujet