Reims : soupçon de trafic d'armes chez les Hell's Angels

Reims : soupçon de trafic d'armes chez les Hell's Angels
FAITS DIVERS

FAITS DIVERS - Six personnes, dont deux membres des Hell's Angels, ont été mis en examen ce jeudi à Reims (Marne) pour trafic d'armes après la saisie d'un pistolet-mitrailleur vendu à des trafiquants de drogue présumés. Au cours des perquisitions, les enquêteurs ont notamment saisis des armes et plusieurs milliers d'euros.

''Des dealers présumés de cité qui font du business avec un gang de motards criminel proche de l'extrême droite, cette affaire n'a rien d'ordinaire'', commente un enquêteur. Tout commence le 7 mars dernier dans le quartier Croix-Rouge de Reims (Marne), au cours d'un banal contrôle routier. Ce jour-là, trois personnes se trouvent à bord d'une mini Austin louée. Dans le coffre, pas de bagages, mais un pistolet-mitrailleur de type Uzi approvisionné et chargé, ainsi qu'un silencieux.

Placés en garde à vue, les trois individus garderont le silence pendant des heures. ''L'un d'eux finira par parler indiquant qu'il avait acheté cette arme de guerre récemment pour se prémunir de problèmes liés à un trafic de stupéfiants'', a précisé à metronews Jean-Philippe Fougereau, directeur du Service régional de police judiciaire (SRPJ). Tous sont placés en détention provisoire, tandis que les policiers mènent l'enquête sur les armes retrouvées.

"Ball peen hammer" et drapeau nazi

Après des semaines d'investigation, les enquêteurs arrivent jusqu'à un salon de tatouage du centre-ville de Reims. ''Les individus arrêtés ont joué les intermédiaires avec une autre personne, gérant du Wanted Tattoo, poursuit le commissaire. Nous sommes alors remontés jusqu'au véritable gérant de cette boutique, un membre du gang des Hell's Angels. Avec l'aide d'un autre motard, c'est lui qui avait livré le Uzi.''

Au cours de différentes perquisitions, les enquêteurs ont notamment saisi une arme de poing, un gomme-cogne, un flash-ball, des sabres et même un lourd marteau - un ''ball peen hammer'' - avec l'inscription ''ACAB'' sur le manche - pour 'All cops are bastards'. Quelque 5000 euros, ainsi... q'un drapeau nazi, ont également été confisqué par les policiers.

Agés de 20 à 42 ans, originaires de Reims et de Creil (Oise), six hommes, dont les deux motards du Hell's Angels, ont été mis en examen ce jeudi pour trafic d'armes. Cinq d'entre eux ont été placés sous mandat de dépôt après leur présentation au juge. Le sixième était déjà incarcéré dans le cadre d'une affaire de stupéfiants.

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent