Rixe à Sisco : "A l'évidence, les membres de la famille maghrébine ont souhaité privatiser la plage"

FAITS DIVERS
CORSE - Le procureur de la République de Bastia s'exprimait ce mercredi sur l'avancement de l'enquête, après la rixe survenue samedi à Sisco, près de Bastia, entre des familles d'origine maghrébine et des jeunes originaires du coin.

Pour le procureur de la République de Bastia, il n'y a plus de doute : l'élément déclencheur de la rixe, survenue samedi à Sisco en Corse, est le fait que "à l'évidence, les membres de la famille maghrébine ont souhaité privatiser la plage". Au cours d'une conférence de presse mercredi Nicolas Bessone a détaillé les éléments nouveaux de l'enquête ouverte sur l'incident.

Samedi, un différend a éclaté entre les membres de trois familles, d'origine maghrébine, et des jeunes de la région de Sisco, qui ont reçu le renfort de proches, avait indiqué dimanche le parquet de Bastia. Ces derniers avaient reçu le renfort de dizaines de villageois et, dans l'échauffourée, plusieurs véhicules avaient été renversés et incendiés. Cent policiers et gendarmes étaient intervenus pour mettre fin à la rixe. Ce mercredi, cinq personnes ont été placées en garde à vue à la gendarmerie de Borgi, près de Bastia. Trois personnes sont d'origine maghrébine et frères d'une même famille, et les deux autres sont des habitants de Sisco.

A LIRE AUSSI >> Rixe à Sisco (Haute-Corse) : cinq personnes placées en garde à vue

Alors que, le doute persistait sur l'origine de l'incident, pour le procureur de la République, "on a d'une part une logique d'appropriation de la plage qui relève du caïdat et de l'autre une réaction inadaptée des villageois de Sisco", a-t-il indiqué lors de la conférence de presse, relayée sur Twitter par France 3 Corse .

EN SAVOIR + >> Rixe de Sisco : y a-t-il vraiment une hausse des tensions communautaires 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter