Corps décapité et démembré à Rouen : trois femmes écrouées

Corps décapité et démembré à Rouen : trois femmes écrouées

SORDIDE - Quatre femmes ont été mises en examen, notamment pour assassinat, et trois d'entre elles placées en détention provisoire, après la découverte dans l'agglomération rouennaise d'un corps décapité et démembré en bord de Seine, le 4 novembre dernier.

Le 4 novembre dernier, les gendarmes de la brigade fluviale ont découvert une partie d'un corps démembré enveloppé dans une bâche en partie immergée sur les berges de la Seine, dans la commune d'Amfreville-la-Mivoie", indique le parquet de Rouen, dans un communiqué. 

Le corps n’avait plus de tête, plus de pieds et plus de mains. Des restes de corps de la victime, avaient aussi été découverts à Pont-de-l'Arche, dans l'Eure.
 "L'individu était connu de nos services pour des faits mineurs, notamment des vols et des outrages", indique une source policière à l'AFP. Il s'agit d'une homme, sans domicile fixe, de 45 ans. 

Lire aussi

L'homme, connu des services de police pour des faits mineurs, a pu être identifié grâce à son ADN, quelques jours seulement après la découverte du corps supplicié. Puis les interpellations ont eu lieu, cette semaine et aujourd'hui, on apprend que quatre femmes ont été mises en examen. Tout est donc allé très vite, pour les enquêteurs du SRPJ de Rouen. Parmi ces quatre femmes écrouées, trois d'entres elles ont été placées en détention provisoire, indique le procureur de Rouen dans un communiqué, ce samedi. 

La compagne et des amies mises en examen

"Les quatre mises en cause, la compagne de la victime, deux amies de cette compagne et la mère de celle-ci, ont été mises en examen, pour deux d'entre elles, pour assassinat et atteinte à l'intégrité du cadavre, et pour les deux autres, pour abstention volontaire d'empêcher un crime ou un délit contre l'intégrité d'une personne",  indiquait ce samedi soir, le procureur dans un communiqué. 

Trois des quatre femmes ont été placées en détention provisoire et la quatrième a été placée sous contrôle judiciaire, a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Rouen, Pascal Prache, à l'AFP.  Le parquet de Rouen rappelle également les faits : "Le 4 novembre, les gendarmes de la brigade fluviale ont découvert une partie d'un corps démembré enveloppé dans une bâche en partie immergée sur les berges de la Seine, dans la commune d'Amfreville-la-Mivoie". 

Le corps n’avait plus de tête, plus de pieds et plus de mains. Des restes de corps de la victime, avaient aussi été découverts à Pont-de-l'Arche, dans l'Eure, selon une source judiciaire à l'AFP.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Covid-19 : le Dr Fauci "quasiment certain" que le variant Omicron n'est pas plus grave que le Delta

VIDÉO - Explosion à Sanary-sur-Mer : l'émotion des amis de la victime et des personnes toujours recherchées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.