Rugbyman retrouvé mort et dénudé à Ris-Orangis : un drame qui soulève encore beaucoup de questions

Rugbyman retrouvé mort et dénudé à Ris-Orangis : un drame qui soulève encore beaucoup de questions

FAITS DIVERS
DirectLCI
ENQUÊTE – Le corps d'un jeune rugbyman de Ris-Orangis (Essonne) a été découvert lundi matin près du stade de la ville. Après avoir écarté la piste criminelle, les enquêteurs pensent que le jeune homme pourrait avoir sauté volontairement du haut d’une antenne-relais.

Dimanche soir, au club-house de Ris-Orangis, Minos fêtait avec ses amis la victoire de son équipe face à Plaisir. Le club de l’Essonne reprenait la tête de sa poule de fédérale 3. Le troisième ligne de 22 ans avait bu quelques verres et fumé un peu de cannabis. "Les taux retrouvés dans son sang sont positifs, explique une source proche de l'enquête. Mais ils ne sont pas extrêmement élevés ou délirants". Des résultats toxicologiques presque surprenants tant le comportement du jeune homme qui a suivi paraît incohérent. 


Passé minuit, Minos aurait quitté le club-house à pied pour rentrer chez lui de l’autre côté de la Seine. Mais il n’a jamais parcouru les quelques kilomètres qui le séparaient du domicile de ses parents, à Draveil. Son corps dénudé a été découvert par le gardien du stade vers 8h30, près d’une antenne-relais, à 150 mètres de distance du club-house. A côté, son portable saturé d’appels inquiets de ses proches ainsi que ses chaussures et sa chaîne de cou attachée aux lacets comme s’il avait voulu se baigner. Mais Minos a plongé dans le vide. C'est en tout cas le scénario élaboré par les enquêteurs. 

Une chute de 27 mètres

Si la piste criminelle avait été un temps envisagée, elle a depuis été battue en brèche par l’autopsie. Les traces constatées sur son corps n’ont pas été causées par une tierce personne, avait conclu mardi le médecin légiste. Minos est décédé des suites d’un "polytraumatisme", sans doute causé par une chute vertigineuse. Un plongeon de 27 mètres depuis le haut de l'antenne-relais qu’il aurait escaladée via une petite échelle, une fois passé le grillage de protection. "Au vu des constatations, on est sur un saut qui est probablement volontaire. Il n’y a aucune fracture au niveau des jambes. Les blessures situées sur le haut du corps sont celles de quelqu'un qui aurait plongé. Le corps n’ayant pas été retrouvé au pied de l’antenne mais un peu plus loin, cela laisse imaginer qu’il y a eu saut", précise une source judiciaire à LCI. "Après, est-ce qu’il s’agit d’un geste volontaire par jeu, par inconscience ou par volonté suicidaire ? Pour l’heure, nous n’en savons rien", reconnaît-on de même source.  


Minos est décrit comme un garçon "équilibré" et "bien dans sa vie". Il s’était séparé de sa petite amie. Mais il était entouré et allait entamer une formation par alternance. "Tout semblait rouler pour lui", confie un de ses copains. Les enquêteurs restent également sceptiques face à l’hypothèse d’un suicide : "Il y a quelque chose d’incompréhensible dans le fait de se déshabiller au préalable et d’aller escalader un pylône pour mettre fin à ses jours". Quant à celle d’un défi entre amis qui aurait mal tourné,  elle n’a pu être confortée par les auditions des témoins. Reste alors l’hypothèse d’un geste fou, totalement irrationnel, après une soirée mêlant un cocktail d’alcool et de cannabis dont il n’était pas habitué. Les investigations vont se poursuivre pour tenter de comprendre. "Il y a une véritable part de mystère dans ce drame, concède une source proche de l’enquête. Nous espérons la lever. Mais peut-être que nous ne saurons jamais". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter