"Sales bougnoules", "djihadistes" : un flic d’élite jugé ce mercredi pour ivresse et outrages

"Sales bougnoules", "djihadistes" : un flic d’élite jugé ce mercredi pour ivresse et outrages
FAITS DIVERS

JUSTICE - Le 31 juillet dernier, un brigadier avait conduit ivre une voiture avec gyrophare, violenté des motocyclistes et insulté ses collègues. Il est jugé ce mercredi par le tribunal correctionnel de Paris.

Visiblement, il était ivre. Mais de là à expliquer un tel enchaînement de dérapages… conduire alcoolisé dans Paris, avec un gyrophare, violenter deux motocyclistes, et traiter ses collègues de tous les noms. C'est pour tout cela qu'un policier de 47 ans, appartenant à la brigade d'élite de répression du banditisme, doit s’expliquer ce mercredi, au tribunal correctionnel de Paris. Il est poursuivi pour conduite en état d’ivresse, violences, et outrages sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Une quinzaine de policiers successifs ont essayé de le calmer

Les faits se sont déroulés le 31 juillet, vers le quai Anatole-France près de l’Assemblée nationale. Le fonctionnaire remonte le quai en voiture. Arrêté à un feu rouge, il prend à partie le conducteur de la voiture d’à côté, et son passager. Le ton monte et le policier descend de sa voiture, et "violente" le passager, selon Le Parisien.  Une patrouille intervient mais, là encore, le flic les repousse et les insulte, les traitant de "gardien de la paix de m… ", de "sales bougnoules" et de "djihadistes".

L'altercation a duré trois heures. Trois heures durant lesquelles tous s’alpaguent, palabrent, essaient de négocier et de calmer l'énervé. Le policier refuse de se soumettre à l’alcootest, "malgré le concours d’une quinzaine de policiers successifs accourus avec une dizaine de voitures". Il sera finalement emmené au commissariat par des collègues "toujours proférant des insultes racistes". Il n’a cette fois-ci pas pu échapper à l’alcootest, quji a affiché un taux de 0,74 mg/l. 

L’incident n’a pas l’air de surprendre ses collègues, qui indiquent au Parisien que ce n’est pas la première fois qu’il dérape. D’après une source proche, citée par le quotidien  local, "c’est un bon flic dans un service sous pression. C’est l’un des meilleurs enquêteurs de la BRB. Il a de bonnes infos et de bons indics !"

Lire aussi

    En vidéo

    VIDEO. Paroles de policiers blessés

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter

    Alertes

    Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent