Salle de prière vandalisée à Ajaccio : le gouvernement et les musulmans réagissent

Salle de prière vandalisée à Ajaccio : le gouvernement et les musulmans réagissent

DirectLCI
CORSE - Le gouvernement et les autorités du culte musulman en France ont appelé au calme après le saccage d'une salle de prière d'Ajaccio, en marge de l'agression de deux policiers et d'un pompier la nuit précédente. Manuel Valls a appelé les Français "au respect de la loi républicaine".

Le climat reste extrêmement tendu à Ajaccio (Corse), mais le gouvernement et les autorités du culte musulman en France appellent "au calme", après le saccage d'une salle de prière musulmane. Le 25 décembre au soir, une centaine de manifestants on en effet vandalisé la salle de prière d'une cité où deux policiers et un pompier avaient été blessés la nuit précédente.

Les autorités du culte musulman en France lancent un appel à la "sérénité"

Choqué par ces "profanations qui interviennent un vendredi, jour de prière pour les musulmans, et le jour même de la fête de Noël", le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) a appelé "l'ensemble de (ses, ndlr) concitoyens au calme et à la sérénité pour faire face ensemble aux défis que nous devons tous relever dans la solidarité et dans la fraternité". Anouar Kbibech, qui a précisé que "plusieurs exemplaires du Coran" avaient été brûlés, a réaffirmé "son engagement total pour préserver la cohésion nationale et faire face à toute forme de violence, dans le respect des valeurs et des lois de la République".

"Nous sommes absolument consternés et attristés", a de son côté déclaré Dalil Boubakeur, le recteur de la Grande mosquée de Paris sur BFMTV, appelant au "calme, au sang-froid et à l'apaisement pour que les choses rentrent dans l'ordre le plus rapidement possible sur l'île de beauté, l'île de la paix". Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national contre l'islamophobie du CFCM, a lui aussi, "condamné" le vandalisme de la salle de prière, dénonçant "cette agression qui se déroule en un jour de prière pour les musulmans et pour les chrétiens".

L’évêque d'Ajaccio, Mgr Olivier de Germay, a publié un communiqué ce samedi, appelant à "préserver la paix" et à "ne pas faire l'amalgame entre la communauté musulmane et quelques délinquants qui doivent être sanctionnés par la justice".

Le gouvernement qualifie ces violences d'"intolérables"

Les ministres Bernard Cazeneuve et Manuel Valls ont également réagi et appelé les Français à se calmer. Sur son compte Twitter, le Premier ministre a jugé "intolérable" l'agression des pompiers et "inacceptable" la "profanation d'un lieu de prière musulman". Manuel Valls a lancé un appel "au respect de la loi républicaine", soutenu par Jean-Guy Talamoni, président de l'Assemblée de Corse et Gilles Simeoni, président du Conseil éxecutif de Corse. Tous deux ont jugé ces violences "inqualifiables" et intolérables.

EN SAVOIR + >> Deux pompiers et un policier blessés dans un guet-apen à Ajaccio
 

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter