Sans papiers assigné à résidence après avoir ramené un portefeuille : ce qu'il s'est vraiment passé

Sans papiers assigné à résidence après avoir ramené un portefeuille : ce qu'il s'est vraiment passé

DirectLCI
FAIT DIVERS - Marlind Plasa demandeur d'asile albanais est confiné chez lui après avoir rapporté un portefeuille perdu à la gendarmerie de Largentière (Ardèche). Visés par une mesure d'éloignement du territoire, lui et sa famille ont déposé un recours qui a été examiné ce mardi matin.

Cela fait deux ans et demi qu'il vit en France. Après avoir dormi pendant de longs mois avec sa famille dans une tente de fortune dans un square de Privas (Ardèche), Marlind Plasa a trouvé un toit à Rocles (250 habitants), non loin de là.

Père de trois enfants âgés de 18 mois, 8 ans et 12 ans, cet Albanais sans papiers et sa femme Nadire ont fui leur pays en 2013, se disant persécutés car appartenant à la minorité égyptienne. "A Rocles, tout le monde les a adoptés. Tout le monde les connaît, tout le monde les apprécie, leurs enfants vont à l'école" indique Alain Gibert, maire Vert de Rocles joint par metronews. Quand on a appris ce qui leur était arrivé, on est tombé des nues…"

Un portefeuille et une assignation à résidence

Et pour cause : l'affaire a été médiatisée par Le Dauphiné libéré , avant d'être reprise par de nombreux médias hexagonaux. Le 19 janvier, alors qu'il se trouve dans un bar-tabac de Largentière, Marlind Plasa trouve un portefeuille et le glisse dans sa poche. "Je voulais le rendre à son propriétaire, explique l'homme, contacté par metronews. A l'intérieur, il y avait 80 euros en liquide, une carte bleue avec le code et des numéros de téléphone. J'ai appelé, et je suis tombé sur le propriétaire qui m'a dit de le ramener à la gendarmerie de l'Argentière où il avait déjà signalé la disparition de son bien."

Sur place, les gendarmes ont demandé à Marlind Plasa ce qu'il faisait en France. Lui parle de sa demande d'asile, explique pourquoi il a quitté son pays. "Après, on m’a raccompagné chez moi pour prendre les passeports de la famille", raconte-t-il au Dauphiné libéré. "Depuis, nous sommes assignés à résidence et nous risquons l’expulsion."

Il aurait reconnu le vol

L'histoire est reprise telle quelle, sauf que la version des gendarmes n'est pas tout à fait la même. Selon le colonel Fourcade, commandant le groupement de gendarmerie de l’Ardèche qui s'est exprimé dans une nouvelle version de l'article publiée sur son site par Le Dauphiné, "la vidéosurveillance montre clairement ce qui s’est passé. Un portefeuille avait bien été laissé par un client dans le bar. Or, l’intéressé (le sans-papiers, ndlr), au lieu de le remettre au buraliste, qui aurait pu le rendre à son tour à son propriétaire, l’a glissé dans sa poche". Marlind Plasa se serait donc ravisé et aurait rapporté le portefeuille à la gendarmerie de Largentière. "Quand nous lui avons montré les images, il a reconnu le vol", précise le colonel. Pour ces faits, l’Albanais a fait l’objet d’un rappel à la loi.

Le colonel ajoute, toujours dans les colonnes du Dauphiné : "Parallèlement à ce volet pénal, nous avons respecté la procédure administrative. Comme à chaque fois qu’une personne se présente à la gendarmerie, on a vérifié son état civil. Et les militaires se sont rendu compte qu’il faisait l’objet d’une OQTF [obligation de quitter le territoire français, NDLR], qui date du mois d'août, exécutoire dans un délai de 30 jours ! Marlind Plasa aurait dû quitter le territoire. Ce qui explique l’assignation à résidence, en attendant la décision du tribunal administratif sur l’expulsion."

Après avoir été bénévole au Secours populaire de Privas, Marlind officie aujourd'hui dans une association d’insertion d’Uzer. Assigné à résidence, il attend avec sa famille l’exécution de la mesure d’éloignement... La famille a présenté un recours qui a été examiné mardi matin par le tribunal administratif de Lyon. Elle devrait être fixée sur son sort sous 48 heures.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter