VIDÉO - Meurtre d'Alexia Daval : dans son village, les habitants redoutent un "prédateur"

FAITS DIVERS
REPORTAGE - Une semaine après la disparition d'Alexia Daval lors de son jogging, samedi 28 octobre au matin, c'est tout un village de Haute-Saône qui vit dans la peur. Aucun suspect n'a été interpellé mais la procureure affirme que des indices décisifs ont été collectés près du corps calciné de la jeune femme de 29 ans.

L'assassinat d'Alexia Daval secoue toute cette région tranquille de Haute-Saône. À Gray-la-ville, ce petit village de 6 000 habitants, tout le monde connaissait cette enfant du pays, décrite comme une "sportive confirmée" par ses proches. Depuis ses 17 ans, cette conseillère en banque était en couple avec Jonathan. 


Ensemble, ils s'étaient mariés en 2015 et vivaient dans une rue paisible. C'est lui qui a donné l'alerte de sa disparition samedi 28 octobre, quand il ne voit pas sa compagne rentrer de son footing. Quarante-huit heures plus tard, après des battues citoyennes, un corps calciné est retrouvé à 6 kilomètres du probable lieu de sa disparition. Les relevés ADN confirment qu'il s'agit d'Alexia Daval. 

Il y a l'inquiétude des habitants, qui peuvent légitimement se dire qu'il y a un assassin en liberté. (...) Aujourd'hui, notre première mission est de rassurer. Chef de la gendarmerie de Gray-la-ville

Selon les premiers éléments de l'autopsie, la jeune joggeuse serait morte des suites d'une strangulation, mais n'aurait pas été violée. Son corps aurait ensuite était volontairement brûlé dans un bois, non loin du chemin de halage où Alexia avait l'habitude de courir. Un scénario macabre, qui effraie de nombreuses femmes adeptes du jogging. Une habitante, présente à la course d'hommage à Gray, témoigne : "J'y étais un quart d'heure avant. Il n'y avait personne, ç'aurait pu être moi." Une autre évoque l'inquiétude de son mari : "Il m'a dit : il est hors de question que tu partes courir toute seule." 

Ventes records de bombes lacrymogènes

Dans le village, l'angoisse d'une récidive plane. Les gendarmes, ont multiplié les rondes dans l'espoir de "rassurer" les habitants et les commerçants. "Il y a une inquiétude des habitants, qui peuvent légitimement se dire qu'il y a un assassin en liberté," détaille le chef de la gendarmerie de Gray-la-ville. Dans des villages alentours, les ventes de bombes lacrymogènes auraient explosé.

Des barrages filtrants ont été mis en place à l'entrée du village par les gendarmes. Chaque automobiliste est stoppé, dans l'espoir de glaner de nouveaux témoignages. Une semaine après sa disparition, la procureure annonce que de "nombreux indices" ont été récoltés, mais que pour le bon déroulement de l'enquête, ils seront gardés secrets dans un premier temps.  

Cette vidéo est issue de l’émission "Sept à Huit" du dimanche 5 novembre 2017 présentée par  Harry Roselmack. "Sept à Huit" est une émission de télévision française d’information hebdomadaire diffusée sur TF1 depuis le 3 septembre 2000 et présentée par Harry Roselmack. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Sept à huit

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter