Soupçon d’infanticide à Brest : un bébé retrouvé mort, son jumeau gravement blessé

Soupçon d’infanticide à Brest : un bébé retrouvé mort, son jumeau gravement blessé

FAIT DIVERS - Un jeune père de famille a été mis en examen après la mort suspecte de l’un de ses bébés. Un autre de ses nourrissons est dans un état grave. Selon la presse locale, l’homme aurait reconnu les violences sur les jumeaux dont il ne supportait plus les cris.

Un bébé de deux mois et demi est décédé à Brest et son frère jumeau est dans un état grave après avoir été tous deux victimes de violences. Selon la presse locale, qui révèle l’affaire, le père des enfants, âgé de 22 ans, a été mis en examen pour violences sur mineur de moins de 15 ans par ascendant, ayant entraîné la mort sans intention de la donner. 

Syndrome du bébé secoué

Les faits remontent au 28 octobre dernier. Selon Ouest France, le jeune père de famille aurait lui-même appelé les secours, son bébé étant inanimé. Hospitalisé, l’enfant n’a pas survécu. La mère n’était quant à elle pas présente au moment du drame. Elle était déjà à l’hôpital, son autre bébé ayant dû être hospitalisé la veille.   

D’après le Télégramme, les causes du décès du nourrisson et des blessures de son frère s'apparenteraient au diagnostic du bébé secoué. En garde à vue, l’homme aurait reconnu les violences sur les enfants. Il aurait indiqué ne plus supporter les cris des nouveau-nés et aurait craqué, précise le journal. Le parquet de Brest n’était pas joignable ce mercredi. Les jumeaux étaient les premiers enfants de ce jeune couple. Le père a été placé en détention. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Affaire Jubillar : l'avocat de Cédric Jubillar met en garde contre "une erreur judiciaire"

VIDÉO - "Ça va la claque que tu t'es prise ?" : Emmanuel Macron interpellé par un écolier

La machine à laver, le véhicule mal garé, le podomètre : ces éléments qui ont fait basculer l'affaire Jubillar

Disparition de Delphine Jubillar : ce nouvel élément révélé par l’amant de l'infirmière

"Je ne mange pas le soir" : elles vivent avec moins de 1000 euros de retraite par mois

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.