Soupçons de violences policières à Pantin : une enquête ouverte et un policier provisoirement privé de son arme

FAITS DIVERS

INVESTIGATIONS - Une scène, qui aurait été filmée à Pantin le 7 octobre 2017, montre un homme en frapper un autre à trois reprises. Ces images laissent soupçonner un cas de violences policières : l'homme serait en effet un membre des forces de l'ordre. L'IGPN a d'ailleurs été saisie par le parquet de Seine-Saint-Denis et un policier provisoirement privé de terrain et de son arme de service.

Postée le 2 juin dernier sur la page Facebook "Islam et Info", la vidéo cumule déjà plus de 400.000 vues. La scène dure un peu plus de trente secondes, une durée suffisante pour voir un homme asséner trois gifles violentes à un autre, adossé à l'étal d'un magasin, qui ne se défend pas. Blouson noir, crâne chauve, l'auteur des coups ne manque pas de regarder autour de lui avant et après chaque claque, ne souhaitant visiblement pas être vu. 

Dans quel contexte cette vidéo a-t-elle été filmée ? Difficile, lors de la visualisation de ces seules images, d'en savoir davantage. Dans son post Facebook, la page "Islam et info" indique toutefois que l'agresseur "est un policier de la BAC" et que la scène se déroule à Pantin. Repérée initialement par nos confrères de BuzzFeed News, l'affaire est également remontée aux oreilles du maire (PS) de Pantin, Bertrand Kern qui, selon Le Parisien, a alerté le commissariat. 

Le policier a rendu son arme

Cette affaire, qui semble s'être déroulée le 7 octobre 2017 si l'on en croit la date affichée sur la vidéo, trouve aujourd'hui un rebondissement. Car dans la foulée de son partage sur les réseaux sociaux, le parquet de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, a saisi l'IGPN, la police des polices, confirme à LCI une source judiciaire. 

Depuis, indique Le Parisien, une mesure exceptionnelle a d'ores et déjà été mise en place, puisque le policier présent sur les images semble avoir été identifié par sa hiérarchie : il a donc dû rendre son arme et a été relevé du terrain provisoirement.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter