Syndrome du bébé secoué : la nourrice de Rose, 5 mois, avoue l'avoir tuée

Syndrome du bébé secoué : la nourrice de Rose, 5 mois, avoue l'avoir tuée

FAITS DIVERS
DirectLCI
DRAME - L'assistante maternelle de la fillette de presque 6 mois a reconnu ce jeudi l'avoir secouée, lorsqu'elle la gardait, le 6 juin, à Créteil dans le Val-de-Marne. Un geste qui aurait provoqué sa mort. La nounou a été placée en détention provisoire.

Exaspérée par les pleurs du bébé, elle a reconnu l'avoir secouée. Selon Le Parisien, jeudi 21 juin 2018, la nourrice de Rose, qui aurait du avoir 6 mois mi-juin, a fini par avouer son geste. Cette femme de 35 ans, placée en détention provisoire jusqu'à son passage devant le juge des libertés et de la détention prévu mardi prochain, est poursuivie pour "violence sans incapacité sur un mineur de 15 ans par une personne ayant autorité sur la victime" et "meurtre d'un mineur de 15 ans", précise ce vendredi  Le Figaro

Le drame s'est déroulé le 6 juin. Rose était gardée par son assistante maternelle avec un autre bébé et l'enfant de 4 ans de cette dernière, à son domicile de Créteil (Val-de-Marne). Ce jour-là, la fillette a été admise en urgence à l'hôpital Necker, à Paris. Hospitalisée dans un état désespéré, ses parents ont décidé de la débrancher au bout de deux jours, selon Le Parisien, qui précise que l'équipe médicale s'est vite doutée qu'elle avait été victime du syndrome du bébé secoué.

En vidéo

ARCHIVES - Maman d'un bébé secoué, elle témoigne

Selon les informations de nos confrères, l'assistante maternelle, qui disposait d'un agrément de la Protection maternelle et infantile, avait reçu une formation sur le syndrome du bébé secoué. Tous les ans, entre 120 et 240 nourrissons en meurent en France. Pour éviter que d'autres parents vivent ce qu'ils sont en train de subir, Marie et Renaud (ndlr : les parents de Rose) ont décidé de se porter partie civile et de "tout mettre en œuvre pour que le syndrome du bébé secoué soit connu par le plus grand nombre", précise au Figaro Me Sylvie Vernassière, leur avocate.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter