Tags antisémites et anti-roms à Montreuil : le quadragénaire devant le tribunal de Bobigny ce mercredi

Tags antisémites et anti-roms à Montreuil : le quadragénaire devant le tribunal de Bobigny ce mercredi

FAIT DIVERS – L’homme âgé de 44 ans interpellé lundi matin à son domicile de Montreuil (Seine-Saint-Denis) dans la cadre de l’enquête sur les tags antisémites et antiroms retrouvés sur une école de la même commune pourrait être jugé en comparution immédiate ce mercredi à 13 heures. Un renvoi serait toutefois envisagé.

Après une trentaine d’heures de garde à vue, il a été présenté mardi soir à un juge et placé au dépôt du tribunal de grande instance de Bobigny dans l'attente d'être jugé. Ce mercredi, l’homme soupçonné d’avoir tagué dans la nuit du 24 au 25 décembre  des inscriptions sur l’école maternelle publique Anne Franck située sur la même commune devait faire l’objet d’une comparution immédiate. 

Il sera présenté à 13 heures devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny. Toutefois, le renvoi de l’audience est envisagé. En effet, au regard des troubles que présentent le prévenu, une expertise psychiatrique pourrait être demandée pour voir si la responsabilité pénale du quadragénaire peut, ou non, être engagée. 

Aperçu le soir des faits près de l'école

Dimanche, des inscriptions dirigées contre les Juifs et les Roms, et accompagnées de croix gammées et d'étoiles de David, avaient été découvertes sur le portail et la boîte aux lettres de l'école maternelle Anne FranK.

La police était remonté jusqu'à ce suspect après avoir fait le rapprochement avec des graffitis apparus antérieurement sur les murs de la ville et pour lesquels cet homme, présenté comme un déséquilibré, a été condamné à deux reprises, la dernière fois en 2015. L'homme a également été confondu par sa graphie. 

Par ailleurs, selon nos informations, un témoin a indiqué aux enquêteurs avoir vu le quadragénaire près de l'établissement scolaire dans la nuit de samedi à dimanche vers 1 heure du matin. Le suspect, lui, a nié les faits qui lui sont reprochés pendant toute sa garde à vue affirmant avoir passé la nuit au domicile de sa mère, où il vit. Dans le même temps, il n'a cessé devant les enquêteurs de parler des "juifs" et des "roms", évoquant notamment des complots. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Inflexible face aux policiers, comment Cédric Jubillar justifie les incohérences entre sa version et celle des enquêteurs ?

EN DIRECT - Covid-19 : "Il ne faut pas qu'il y ait de réticence avec le Moderna", plaide le Dr. Jean-Paul Hamon pour cette campagne de rappel

Vaccin : au bout de combien de temps mon pass sanitaire est-il actif après la 3e dose de rappel ?

Covid-19 : vacances de Noël avancées dans les écoles et rassemblements limités... la Belgique sur le qui-vive

Vaccination : le gouvernement réactive le numéro "coupe-file" pour les personnes âgées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.