EXCLUSIF - Hervé Pizzinat, le proviseur du lycée de Grasse : "Il m’a dit : 'Je ne veux pas vous tuer vous mais je vais tuer d'autres personnes'"

FAITS DIVERS

Toute L'info sur

Coups de feu dans un lycée de Grasse

INTERVIEW – Grâce à lui, le pire a été évité. Hervé Pizzinat, le proviseur du lycée Tocqueville de Grasse, s'est confié en exclusivité sur l'attaque perpétrée jeudi 16 mars par un élève de l'établissement. Il explique avec beaucoup d'humilité qu'il ne se considère pas comme un héros.

C'est un héros ordinaire. Hervé Pizzinat, le proviseur du lycée Tocqueville de Grasse, est revenu en exclusivité pour nous sur la fusillade qui a eu lieu en milieu de journée ce jeudi 16 mars dans l'établissement. Prévenu de la présence d'un élève armé au sein du lycée, Hervé Pizzinat n'a pas hésité à aller au devant de cet individu fasciné par le satanisme. Avec un sang-froid déconcertant. Son intervention a empêché le pire.  

"Je ne peux pas vous expliquer ce qui s'est passé hier car c'est inexplicable, explique le chef de l'établissement. On me signale un élève armé dans l'établissement, donc je fonce, je le trouve dans l'escalier central. Je lui demande ce qu'il va faire et il me dit : 'Je ne veux pas vous tuer vous mais je vais tuer d'autres personnes'".

J'étais obnubilé par l'idée qu'il renonce à ce qu'il avait l'intention de faire"- Hervé Pizzinat

Malgré la peur, il décide de ramener le jeune tireur de 16 ans à la raison. "Je me suis dit que je pouvais  peut-être dialoguer avec lui et le faire se rapprocher de moi ne serait-ce que pour discuter et lui faire baisser la garde. Je n'avais pas l'intention de lui prendre ses armes parce que je ne m'en sentais pas capable physiquement. Je me suis rapproché de lui car je ne pensais pas qu'il allait tirer mais il a tiré", a poursuivi Hervé Pizzinat blessé à l'épaule. "J'étais obnubilé par l'idée qu'il renonce à ce qu'il avait l'intention de faire".

Lire aussi

Un acte considéré comme héroïque par Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'éducation nationale, ainsi que par Eric Ciotti, député LR et président du conseil départemental des Alpes-Maritimes. Ils ont demandé qu'Hervé Pizzinat soit décoré de la Légion d'honneur. L'intéressé, lui, relativise, en toute domestie : "L'acte héroïque il est à partager avec les ensignants et les élèves qui étaient présents. Je n'ai pas de justaucorps bleu et de cape rouge. Je ne suis qu'un être humain qui a réagi comme il le pouvait à ce moment-là."

Lire et commenter