Terrorisme: 438 djihadistes français seraient dans la nature

Terrorisme: 438 djihadistes français seraient dans la nature

DirectLCI
FAIT DIVERS – Selon les informations du JDD, 438 djihadistes français seraient dans le collimateur de la justice anti-terroriste, soit un tiers de plus qu’en mai dernier. Parmi eux, 222 sont visés par un mandat d’arrêt ou de recherche.

Il y a les noms que l'on connaît, et ceux qui n'ont pas été rendus public. Selon le JDD , 438 djihadistes français seraient aujourd'hui dans la nature.

Certains, comme Salah Abdeslam, un des auteurs présumés des attentats de Paris activement recherchés, font l'objet d'une notice rouge Interpol (mandat d'arrêt international). C'est le cas notamment de Fabien Clain, "voix de Daech", ou encore des trois frères Behaled, Rafik, Mohamed et Farik, "originaires de la banlieue lyonnaise basés quelque part en Syrie" rappelle le journal dominical.

D'autres, comme Foued Mohamed-Aggad, assassin du Bataclan dont l'identité a été révélée cette semaine, font l'objet d'une notice bleue. Celle-ci est utilisée pour recueillir des informations complémentaires sur des individus concernant leur identité, leur lieu de séjour ou leurs activités illicites dans le cadre d'une enquête criminelle.

EN SAVOIR +
>> Attentats de Paris : Fabien Clain avait déjà menacé le Bataclan

>> Attentats du 13 novembre : les inquiétantes failles des services européens

Fille de gendarme et recruteur

D'autres encore, figurent cette fois sur une autre liste, celle du gel des avoirs terroristes gérée par Bercy et le ministère de l’Intérieur (DGSI et Direction des libertés publiques et des affaires juridiques). "Sont visés les combattants recruteurs et intermédiaires financiers des groupes islamistes du monde entier, précise le JDD. Y figurent ainsi deux vétérans de la filière des Buttes Chaumont : Boubaker Al Hakim, 32 ans, qui a notamment revendiqué l'assassinat de deux opposants politiques tunisiens et Peter Cherif, 33 ans, que l'on situe au Yémen, au sein d'Al-Qaïda".

Y apparaissent également Maxime Hauchard, Normand converti et rebaptisé Abou Abdallah Al-Faransi, que l'on a pu voir en bourreau dans une vidéo d'exécution de 18 pilotes syriens et d'un otage américain ; le recruteur Kevin Guiavarch, en Syrie depuis 2012 ou encore Emilie König, fille de gendarme et devenue une des voix de la propagande de l'Etat islamique.

Salim Benghalem, condamné le 7 décembre par le tribunal correctionnel de Paris à 18 ans de prison et actuellement en fuite, ne figure lui sur aucune liste. C'est loin d'être le seul. "Dresser une liste des plus dangereux est illusoire, précise au JDD une source place Beauvau. On l'a vu avec les attentats du 13 novembre. Tous ceux qui sont là-bas constituent une menace !".

EN SAVOIR +
>> Procès d'une filière djihadiste : Salim Benghalem le grand absent

100 enquêtes préliminaires en cours

Alors si la liste n'existe pas, il y a toutefois ces nombreux dossiers liés aux filières syrienne et irakienne regroupant de nombreuses personnes. 692 individus seraient concernés d'après le parquet de Paris dont seulement 20 ont déjà été jugés. Parmi ce total, 234 ont été mis en examen, parmi lesquels 136 ont été placés en détention. Reste alors ces 438 toujours dans la nature.

"Sur ce total, près de la moitié font l'objet d'un mandat d'arrêt (85), soit d'un mandat d'arrêt de recherche (137) qui permet aux enquêteurs de procéder à une garde à vue quand le mandat d'arrêt expédie directement le suspect dans le cabinet du juge d'instruction". A ce jour, 103 informations judiciaires ont été ouvertes et 100 enquêtes préliminaires en cours.

A LIRE AUSSI
>> Attentats de Paris : qui était Foued Mohamed-Aggad, le 3e assaillant du Bataclan ?
>> Samy Amimour se serait exercé au tir dans une association proche de la police
>> Foued Mohamed-Aggad, Abdelhamid Abaaoud... ce que l'on sait des terroristes
>>
Attentats de Paris : que faire des dépouilles des terroristes ?


 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter