Tigre abattu à Paris : le cirque porte plainte

DirectLCI
JUSTICE - Le propriétaire de Mevy, la tigresse abattue à Paris vendredi après s'est échappée, a déposé plainte contre X en évoquant un acte de malveillance. La chaîne munie d'un cadenas qui bloque l'ouverture de la cage aurait été sectionnée.

Qui a libéré le tigre ? Quarante-huit heures après qu'un fauve s'est échappé d'un cirque installé dans le XVe arrondissement de Paris, le mystère demeure sur les causes d'un tel incident. Si aucune victime, autre que l'animal - abattu par son propriétaire dans les minutes qui ont suivi son échappée -, n'est à déplorer, la direction du cirque a déposé plainte contre X en évoquant un acte de malveillance. 


Alors que le propriétaire, Eric Bormann, sera prochainement réentendu dans le cadre de l'enquête qui vise à établir s'il y a eu mise en danger de la vie d'autruie, le dispositif permettant de fermer la cage aurait été détruit, selon la direction du cirque. 

Un acte de sabotage ?

"C'est moi qui m'occupe de mes tigres. Il y a tout un protocole de sécurité à respecter avec les fauves", a expliqué ce samedi à l'AFP le propriétaire et directeur du cirque Eric Bormann. L’homme affirme que les tigres étaient dans une cage sécurisée par un autre enclos. "Nous avons une véranda dont les portes sont fermées car c'est de cet endroit que les tigres rentrent pour les spectacles et puis nous avons une autre cage de détente, où les tigres sortent avec une piscine, des arbres", a-t-il détaillé.


Il raconte que c’est la première fois en quarante ans de métier qu’un tigre dont il est le propriétaire parvient à s’échapper. Surtout car l’enclos dans laquelle se trouvait la tigresse "est une cage dans une autre cage".

 

Mais vendredi soir aux alentours de 18 heures, le propriétaire est allé nettoyer les tigres et c’est là qu’il a découvert que l’un d’entre eux avait pris la tangente. "Une tigresse était sortie car une porte, généralement condamnée, était ouverte. On soupçonne un acte de malveillance. Il y avait une chaîne avec un cadenas et la chaîne a été coupée", affirme-t-il. 

Pourquoi avoir abattu l'animal ?

Après la fuite du fauve, âgé d'un an et demi et "élevé au biberon", le propriétaire a décidé de le poursuivre "sur la voie publique avec l'arme que la loi l'oblige à détenir", a expliqué le cirque dans un communiqué. "L'utilisation d'un fusil hypodermique a été rapidement écartée, jugée trop risquée vu le délai d'action de cette méthode (...) et sans hésiter, malgré l'immense douleur d'abattre un animal né dans notre cirque, nous avons pris nos responsabilités", a-t-il ajouté. 


Le félin a été tué par le propriétaire quelques minutes après s'être échappé. Il "était sous le choc. Lorsque nous sommes arrivés, le tigre de 200 kg était déjà mort", a indiqué un porte-parole des pompiers à l'AFP. Cet incident a suscité l'indignation des associations de défense des animaux, notamment celle de Onevoice qui a indiqué qu'elle allait déposer plainte

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter