Toulon : agressés parce que leurs femmes portaient des shorts ? Une victime dément

DirectLCI
VIOLENCES - Trois hommes ont été frappés dimanche à Toulon par un groupe d'une dizaine de jeunes gens, et leurs femmes agressées verbalement. A l'origine de l'altercation, le parquet avait évoqué des remarques sexistes en lien avec la tenue des femmes. "Rien à voir", estime l'une d'elles vendredi, précisant qu'elles ne portaient pas de short.

Non, ils n'ont pas été agressés parce que leurs femmes portaient des shorts. C'est ce qu'a tenu à préciser une victime, vendredi auprès de Var Matin, après la polémique engendrées par l'agression survenue à Toulon dimanche. La version rendue publique par le parquet, pourtant, avait entretenu la thèse d'injures à caractère sexiste à l'orgine de l'altercation.


"Dimanche vers 13 heures, à l'est de Toulon, deux familles composées de trois hommes, deux femmes et trois enfants faisaient du vélo et du roller lorsque les femmes ont été prises à partie par une dizaine de jeunes de la cité voisine. Ils leur ont crié "Pute" et "Vas-y, mets-toi toute nue", avait déclaré à l'AFP le procureur de la République de Toulon, Bernard Marchal.


"Les conjoints leur ont demandé de respecter leurs femmes, et cela a provoqué une rixe. Les trois hommes ont été frappés violemment au visage, le plus grièvement présente des fractures et a eu 30 jours d'ITT. Les femmes ont été légèrement bousculées", avait ajouté le procureur. 


Pourtant, l'une des compagnes des hommes agressés dément la version des faits initialement rapportée : "C'était purement gratuit et nos tenues ne sont pas en cause, confie Marie à Var-Matin. D'ailleurs "nous n'étions pas en short, nous étions en tenue de sport. Un premier jeune nous a mal parlé et puis les choses ont rapidement dégénéré alors que nous étions en famille et avec nos enfants ..."

Deux agresseurs ont été interpellés

Deux agresseurs de 17 et 19 ans, ayant des antécédents judiciaires, ont été interpellés et écroués mardi dans cette affaire. Une 

information judiciaire a par ailleurs été ouverte par le parquet de Toulon pour identifier d'autres agresseurs. 


Après l'agression en juin d'une jeune femme par cinq filles dans un bus parce qu'elle portait un short en jean, à Toulon, les faits rapportés avaient provoqué un vif émoi, notamment sur les réseaux sociaux. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter