Esclavage moderne : un trafic de mendiants bulgares démantelé à Toulouse

FAITS DIVERS

RÉSEAU - Cinq familles bulgares exploitaient et violentaient une trentaine de mendiants issus du même pays, à Toulouse. Onze personnes ont été interpellées mardi et risquent jusqu'à vingt ans de prison pour traite d’êtres humains en bande organisée.

Ils leur promettaient une vie meilleure ; ils sont devenus leurs bourreaux. Depuis au moins trois ans à Toulouse, 33 ressortissants bulgares (parmi lesquels un enfant de 7 ans) se sont retrouvés esclaves de plusieurs familles, bulgares elles aussi. Tous vivaient ensemble dans des conditions déplorables, dans un camp de Roms, à l’est de la ville. 

Mardi dernier, 160 policiers toulousains sont intervenus sur le campement toulousain et ont interpellé 11 personnes. Quatre ont été mises en examen et écrouées hier. Les sept autres étaient en passe de l’être ce vendredi après-midi. Si les faits sont avérés, elles risquent vingt ans de prison pour traite d’êtres humains en bande organisée. 

Les mendiants étaient revendus 500€ chacun

La mécanique d’asservissement est bien huilée. Les familles appâtent de modestes citoyens bulgares en leur promettant de gagner de l’argent en faisant la manche. A son arrivée, chaque mendiant bulgare est privé de son passeport et se voit attribuer un carrefour où, de 7h du matin à 21h, il doit mendier tous les jours. Pour chaque coin de rue, les tortionnaires déterminent une somme d’argent quotidienne à atteindre. Pour ce petit carrefour, un jour de pluie, il faudra gagner au moins 30€. Mais pour ce grand carrefour très passant, ce sera 400€ ! Et gare à ceux qui ne ramènent pas assez… Ces  esclaves modernes essuient des coups de couteau et se font rouler dessus par la voiture d’un de leurs "propriétaires". 

"Propriétaire" ? L’emploi du mot est justifié, car les familles se revendent les mendiants entre elles. Chacun vaut 500€. "C’est la même dynamique que la prostitution, explique le commissaire Karim Fillali, chef de la sûreté départementale de Haute-Garonne. Les emplacements [de mendicité] sont privatisés et les [Bulgares] passent de mains en mains." 

Lire aussi

"Ils vivaient comme au Moyen-Âge"

Depuis six mois à Toulouse, quatre enquêteurs travaillent à temps plein pour démanteler ce réseau de traite d’êtres humains. Quand ils arrivent sur le camp mardi, les fonctionnaires de police trouvent un mendiant en train de dormir dans une cagette. "Ils vivaient tous comme au Moyen-Âge, poursuit Karim Fillali. L’un des Bulgares qui avait tenté de s’enfuir s’était fait attacher, nu, à un arbre, et frapper pendant une nuit entière avec des câbles électriques." 

L’enquête a montré que depuis 2015, plusieurs milliers d’euros avaient circulé entre la France et la Bulgarie et que les tortionnaires avaient pu s’offrir, dans leur pays d’origine, plusieurs biens immobiliers et de luxueuses voitures. 

Après l’opération de police du début de semaine, les 33 Bulgares ont été pris en charge par les services sociaux locaux et relogés dans des hôtels et des centres d’hébergement. Tous – sauf un – ont demandé à rentrer dans leur pays. La Bulgarie devrait rapidement affréter des bus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter